Wall Street cède 0,27% en clôture avec JP Morgan

vendredi 11 mai 2012 22h30
 

par Angela Moon

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a fini en légère baisse vendredi, la chute des valeurs bancaires dans le sillage de JPMorgan Chase, qui a révélé une très importante perte de trading, ayant été quelque peu contrebalancée par la bonne tenue de certaines valeurs technologiques et un indicateur macro-économique jugé positif.

L'indice Dow Jones des 30 industrielles a cédé 0,27%, soit 34,44 points, à 12.820,60 points. Le S&P-500, plus large, a perdu 4,60 points, soit 0,34%, à 1.353,39 points. En revanche, le Nasdaq Composite a avancé de 0,18 point (+0,01%) à 2.933,82 points.

Sur l'ensemble de la semaine, le Dow a perdu 1,7%, le S&P 500 1,1% et le Nasdaq 0,8%.

JPMorgan Chase, la première banque américaine par l'actif, a reconnu avoir subi une perte de trading d'au moins deux milliards de dollars (1,5 milliard d'euros), conséquence d'une stratégie de couverture perdante, un aveu qui risque de ternir la réputation de la banque et de son PDG, mais aussi d'avoir des répercussions sur l'ensemble du secteur.

Le titre JP Morgan a chuté de 9,28% à 36,96 dollars, l'action Citigroup de 4,24% à 29,35 dollars et l'indice S&P du compartiment financier de 1,19%

Même si des bénéfices réalisés par ailleurs viennent compenser en partie la perte de trading, JP Morgan estime que la division accusera une perte de 800 millions de dollars sur le trimestre en cours, hors résultats du capital-investissement et frais juridiques. La banque projetait auparavant un bénéfice de l'ordre de 200 millions de dollars pour cette division.

"JP Morgan va devenir un dossier politique. Il durcira la régulation sur les banques et cela pèsera pendant un moment sur les grandes banques", a déclaré Tim Ghriskey, chargé des investissements chez Solaris Group.

Le secteur financier a connu une volatilité élevée ces derniers mois, en raison des nouvelles interrogations sur la vigueur de la croissance aux Etats-Unis et du retour sur le devant de la scène de la crise de la dette de la zone euro.   Suite...

 
<p>LA CL&Ocirc;TURE DES MARCH&Eacute;S AM&Eacute;RICAINS</p>