La CE ne prévoit qu'une reprise lente de l'économie française

vendredi 11 mai 2012 13h31
 

BRUXELLES (Reuters) - L'économie française devrait connaître une croissance modeste cette année et une accélération relative en 2013 mais son déficit budgétaire devrait encore dépasser la barre des 3% prévue par le Pacte de stabilité, montrent les dernières prévisions de la Commission européenne, qui contredisent celles du président élu François Hollande.

La CE anticipe pour la France une croissance de 0,5% en 2012 et de 1,3% en 2013 alors qu'elle projetait pour l'an prochain une hausse de 1,4% du PIB dans ses précédentes prévisions.

"Après des mois d'incertitude et un environnement économique affaibli, des signaux récents semblent attester d'une reprise de l'économie française en 2012", écrit l'exécutif dans ses perspectives économiques biannuelles.

"En 2013, cette tendance modérément positive devrait progressivement gagner en ampleur", ajoute-t-elle. "Une confiance accrue des ménages devrait se traduire par une baisse du taux d'épargne et l'investissement reviendrait progressivement au rythme observé en 2011".

En mars dernier, le gouvernement de François Fillon avait relevé sa prévision de croissance à 0,7% pour 2012, contre 0,5% auparavant, et abaissé celle de l'an prochain à 1,75% contre 2,0% précédemment. En 2011, la France avait connu une croissance de 1,7%.

Pour sa part, le président socialiste élu François Hollande a retenu dans son programme des hypothèses de croissance de 0,5% cette année et de 1,7% en 2013.

Quant au Fonds monétaire international (FMI), il prévoit pour la France 0,2% de croissance en 2012 et 1,0% en 2013. L'OCDE projette, elle, 0,3% et 1,5% respectivement.

LE CHÔMAGE DEVRAIT CONTINUER DE MONTER

Selon la Commission européenne, le déficit public, qui avait atteint 5,2% du PIB en 2011, serait ramené à 4,5% en 2012 et à 4,2% en 2013. Ces prévisions sont établies en prenant en compte les mesures budgétaires et fiscales annoncées par le gouvernement Fillon depuis l'été dernier, mesures qui devraient être en partie remises en cause par le futur gouvernement.   Suite...

 
<p>L'&eacute;conomie fran&ccedil;aise devrait conna&icirc;tre une croissance modeste cette ann&eacute;e et une acc&eacute;l&eacute;ration relative en 2013 mais son d&eacute;ficit budg&eacute;taire devrait encore d&eacute;passer la barre des 3% pr&eacute;vue par le Pacte de stabilit&eacute;, selon les derni&egrave;res pr&eacute;visions de la Commission europ&eacute;enne. /Photo d'archives/REUTERS/Jacky Naegelen</p>