La vague de froid a soutenu les ventes d'EDF au 1er trimestre

jeudi 10 mai 2012 18h44
 

PARIS (Reuters) - EDF a annoncé jeudi une hausse de 6,3% de son chiffre d'affaires au premier trimestre, la vague de froid qui s'est abattue sur la France au début de l'année ayant dopé la demande et les prix de l'électricité.

En données organiques - hors effets de changes et de périmètre - la croissance ressort à 6,5%.

Le premier producteur mondial d'électricité nucléaire a également confirmé pour 2012 son objectif de production, celui d'un dividende au moins égal aux 1,15 euro par action versés au titre de l'exercice 2011 et les perspectives de son plan 2011-2015.

"La croissance de notre chiffre d'affaires au premier trimestre est le résultat d'une bonne performance du parc nucléaire en France, permettant de confirmer nos objectifs de production pour 2012 compris entre 420 et 425 (térawatts heures)", a déclaré le PDG d'EDF, Henri Proglio, dans un communiqué.

"Ce résultat reflète aussi la forte mobilisation de l'ensemble de nos moyens de production lors de la vague de froid, et en particulier une amélioration sensible de la production hydraulique malgré des conditions climatiques peu favorables", a-t-il ajouté.

Au premier trimestre, le chiffre d'affaires est ressorti à 20,83 milliards d'euros, contre 19,6 milliards un an plus tôt.

Le froid a propulsé la demande en électricité à des niveaux sans précédent les 7 et 8 février, entraînant les prix dans leur sillage.

La production d'électricité nucléaire au premier trimestre a reculé de 0,7% par rapport à la même période l'an dernier, caractérisée "par une disponibilité exceptionnelle".

Sur l'ensemble de 2011, les 58 réacteurs nucléaires d'EDF ont affiché une capacité disponible de 80,7%, contre un objectif initial de 78,5%.   Suite...

 
<p>EDF a annonc&eacute; une hausse de 6,3% de son chiffre d'affaires au premier trimestre, la vague de froid qui s'est abattue sur la France au d&eacute;but de l'ann&eacute;e ayant dop&eacute; la demande et les prix de l'&eacute;lectricit&eacute;. /Photo d&rsquo;archives/REUTERS/Vincent Kessler</p>