L'Espagne reprend Bankia pour stabiliser son secteur financier

jeudi 10 mai 2012 14h03
 

par Fiona Ortiz

MADRID (Reuters) - L'Espagne a pris mercredi soir le contrôle de Bankia, quatrième banque du pays, espérant ainsi rassurer les marchés et stabiliser un secteur financier rendu fragile par la crise immobilière.

Le gouvernement de centre-droit de Mariano Rajoy a assuré que le secteur bancaire du pays était hors de danger et a promis de dévoiler vendredi de nouvelles mesures pour renforcer les établissements de crédit en difficulté.

Le secteur financier espagnol, qui a déjà fait l'objet de trois plans de redressement successifs, reste très affaibli par l'éclatement de la bulle immobilière en 2008, qui a légué aux banques du pays quelque 184 milliards d'euros d'actifs toxiques, y compris des immeubles de logements saisis en hypothèque et restés entièrement vides.

Bankia, qui détient environ 10% des dépôts bancaires de l'Espagne, est de loin la plus importante des huit banques secourues par l'Etat au cours des dernières années. Elle-même est née en 2010 du rapprochement de plusieurs caisses d'épargne ("cajas") fragilisées ordonné par Madrid en vue de leur survie commune.

"Bankia est une entité solvable qui poursuit ses opérations absolument normalement et dont les clients et dépositaires n'ont aucunement à s'inquiéter", a déclaré la Banque d'Espagne dans un communiqué.

Vers 14h00 GMT, l'action Bankia perdait 3,71% après être tombée à un plus bas historique de 2,05 euros. Elle a chuté de près de 16% depuis les premières rumeurs de son sauvetage lundi.

Sur le marché obligataire, la prime de risque sur la dette espagnole, mesurée par l'écart de rendement ("spread") entre les obligations à dix ans du pays et celles du papier allemand de même échéance, se resserrait légèrement mais restait proche de ses plus hauts de six mois.

TÂTONNEMENTS   Suite...

 
<p>L'Espagne a pris mercredi le contr&ocirc;le de Bankia, quatri&egrave;me banque du pays, esp&eacute;rant ainsi dissiper les doutes sur sa capacit&eacute; &agrave; agir pour assainir un secteur financier plomb&eacute; depuis quatre ans par l'effondrement du secteur immobilier du pays. /Photo prise le 9 mai 2012/REUTERS/Paul Hanna</p>