Les banques espagnoles devront provisionner 35 milliards d'euros

mercredi 9 mai 2012 20h27
 

par Carlos Ruano et Jesús Aguado

MADRID (Reuters) - L'Espagne a intensifié ses efforts jeudi pour sauver ses banques en difficulté en leur demandant de provisionner des pertes supplémentaires sur leurs prêts immobiliers, mais les incertitudes quant au coût final de cette opération de sauvetage ont eu des conséquences négatives sur l'euro, les obligations espagnoles et les marchés d'actions européens.

Le gouvernement espagnol va demander aux banques de provisionner 35 milliards d'euros supplémentaires sur leurs prêts immobiliers, afin de contribuer à rétablir la confiance dans le secteur, selon des sources financières proches des négociations.

Cette décision devrait être annoncée vendredi à l'issue du conseil des ministres et s'intégrer dans un projet plus vaste de réforme, avec la création d'une structure de défaisance appelée à reprendre les actifs immobiliers les plus risqués et le renflouement de Bankia.

Sur les marchés, les craintes sur l'état de santé des banques espagnoles se sont traduites par une hausse du rendement des obligations espagnoles à 10 ans au-delà du seuil psychologique de 6%, jusqu'à 6,068%.

Les marchés d'actions européens ont également terminé en baisse tandis que l'euro touchait un plus de trois mois face au dollar.

Le gouvernement avait déjà contraint les banques à réaliser des provisions de 54 milliards d'euros pour couvrir les crédits immobiliers qui risquent de ne pas être remboursés.

Les fonds supplémentaires sont destinés à couvrir d'autres actifs liés à l'immobilier a priori non problématiques, mais qui seront ainsi mieux couverts au cas où l'économie du pays viendrait à se dégrader davantage, précise-t-on de même source.

Ainsi, les provisions sur les prêts aux promoteurs-constructeurs de logement devront être portées à 30%, contre 7% actuellement.   Suite...