GM tente à nouveau de vendre son usine de Strasbourg

mercredi 9 mai 2012 17h07
 

PARIS/STRASBOURG (Reuters) - General Motors a annoncé mercredi envisager de vendre son usine strasbourgeoise de fabrication de boîtes de vitesses et être à la recherche d'investisseurs désireux de maintenir l'activité du site, ouvrant un dossier industriel potentiellement sensible pour les nouveaux dirigeants français.

Le constructeur automobile américain, qui a annoncé en février une alliance avec PSA Peugeot Citroën, a mandaté une banque conseil et engagé une "revue stratégique" concernant aussi bien la production que l'ingénierie et le développement de cette usine, précise-t-il dans un communiqué.

Il s'agit de la banque Barclays, a indiqué à Reuters Jean-Marc Ruhland, secrétaire du comité d'entreprise et responsable de la CFDT au sein de l'usine de Strasbourg.

Le constructeur automobile, qui veut finaliser la vente pour 2014, selon la même source, se dit prêt à explorer les solutions internes et externes afin de trouver "des alternatives viables potentielles et des solutions pour sécuriser l'avenir du site".

General Motors a l'intention de favoriser les acheteurs qui poursuivront les activités du site, qui emploie un millier de personnes.

Ce dossier pourrait constituer l'un des premiers sujets industriels sensibles pour le nouveau président François Hollande, dans un contexte de chasse aux surcapacités dans le secteur automobile européen.

L'année dernière, l'usine a produit 280.000 boîtes automatiques à six vitesses, principalement pour les marques de GM et pour BMW, en majorité pour des véhicules assemblés hors d'Europe.

C'est la deuxième fois que General Motors tente de céder le site.

Lors de la crise financière de 2008, la société chargée de liquider des actifs du constructeur américain n'avait pas trouvé de repreneur jugé acceptable par le groupe américain.   Suite...

 
<p>General Motors a annonc&eacute; mercredi envisager de vendre son usine strasbourgeoise de fabrication de boites de vitesse et &ecirc;tre &agrave; la recherche d'investisseurs potentiels. /Photo d'archives/REUTERS/Jeff Kowalsky</p>