Berlin prévient Athènes: il n'y aura pas d'aide sans réforme

mardi 8 mai 2012 18h15
 

par Noah Barkin et Andreas Rinke

BERLIN (Reuters) - Des responsables politiques allemands de gauche et de droite ont prévenu mardi que la Grèce ne recevrait plus aucune aide financière si elle ne respectait pas toutes les conditions du plan de sauvetage conclu avec l'Union européenne et le FMI.

Les élections législatives de dimanche ont laissé la Grèce dans une impasse politique, en l'absence d'une majorité parlementaire pour les deux seuls partis représentés qui soutiennent le plan de sauvetage, les conservateurs de Nouvelle Démocratie (ND) et le Parti socialiste (Pasok).

Le chef de file de la Gauche radicale (Syriza), désormais deuxième parti au parlement grec derrière ND, a déclaré mardi que les engagements de la Grèce envers l'UE et le FMI dans le cadre du plan de sauvetage étaient nuls et non avenus.

Alexis Tsipras, dont la formation a largement bénéficié de l'impopularité des mesures d'austérité exigées par le plan, a trois jours pour former un gouvernement, après le renoncement du meneur de ND, Antonis Samaras, hier soir.

L'Allemagne, première économie européenne, a apporté le plus de garanties financières dans le cadre du plan de sauvetage, qui impose à la Grèce d'atteindre des objectifs précis en terme d'économies budgétaires.

"Les termes de l'accord doivent être respectés. Je ne pense pas que nous puissions, ou que nous devions négocier à nouveau", a déclaré Martin Schulz, président du Parlement européen et membre Parti social-démocrate (SPD).

"L'aide ne peut être versée que si les conditions sont respectées", a déclaré de son côté Gerda Hasselfedt, membre de l'Union chrétienne-sociale (CSU), le partenaire bavarois des conservateurs de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) de la chancelière Angela Merkel.

Un versement d'une tranche de 11,5 milliards d'euros, sans laquelle la Grèce fera faillite, est conditionné à une nouvelle série de coupes budgétaires qui doivent être votées par le parlement hellénique d'ici la fin juin. Ce délai pourrait cependant être remis en question par le vide politique créé du vote de dimanche.   Suite...

 
<p>Alexis Tsipras a trois jours pour former un gouvernement en Gr&egrave;ce. Le chef de file de la Gauche radicale (Syriza), a d&eacute;clar&eacute; que les engagements de la Gr&egrave;ce envers l'UE et le FMI dans le cadre du plan de sauvetage &eacute;taient nuls et non avenus. Des responsables politiques allemands de gauche et de droite ont pr&eacute;venu que la Gr&egrave;ce risquait de ne plus recevoir aucune aide financi&egrave;re si elle ne respectait pas ce plan. /Photo prise le 8 mai 2012/REUTERS/Yorgos Karahalis</p>