L'Europe du Sud se trouve un allié avec François Hollande

lundi 7 mai 2012 16h54
 

par Fiona Ortiz et James Mackenzie

MADRID/ROME (Reuters) - Les dirigeants d'Europe du Sud ont trouvé en François Hollande un nouvel allié dans leur effort visant à adoucir la cure d'austérité préconisée par l'Allemagne pour assainir leurs comptes publics, et qui aggrave aujourd'hui leur situation économique.

L'élection du candidat socialiste à la présidence de la République en France brise le tandem formé par la chancelière Angela Merkel et le sortant Nicolas Sarkozy, à l'initiative du pacte budgétaire européen signé le 1er mars par 25 des 27 pays de l'Union européenne et qui exige de l'Italie, de l'Espagne, du Portugal et de la Grèce des réductions de dépense draconiennes.

Egalement appelés aux urnes dimanche, les Grecs ont rejeté les deux grands partis de la droite et de la gauche favorables aux plans de sauvetage et à la rigueur qui les accompagne, autre coup porté à la doctrine "Merkozy".

Lundi, Angela Merkel a assuré qu'elle accueillerait le nouveau président français "les bras ouverts" tout en réitérant son refus de renégocier le pacte budgétaire et sa défiance vis-à-vis d'éventuelles mesures de soutien à la croissance.

Les dirigeants de l'Europe du Sud, dont certains avaient pourtant publiquement soutenu Nicolas Sarkozy, pourraient en revanche se réjouir de voir s'ouvrir un débat sur le calendrier des objectifs de réduction des déficits, sur la création d'euro-obligations ou sur des initiatives pour stimuler la croissance.

"Les résultats des élections en France et en Grèce imposent la nécessité d'une réflexion sur la politique européenne", a estimé la présidence du Conseil italienne dans un communiqué diffusé dans la nuit.

"Des finances publiques responsables sont une condition nécessaire mais certainement pas suffisante pour l'objectif clef: une croissance viable qui crée des emplois et soit orientée vers l'équité sociale", ajoute le communiqué.

"RAJOY A GAGNE À LA LOTERIE"   Suite...

 
<p>Les dirigeants d'Europe du Sud ont trouv&eacute; en Fran&ccedil;ois Hollande un nouvel alli&eacute; dans leur effort visant &agrave; adoucir la cure d'aust&eacute;rit&eacute; pr&eacute;conis&eacute;e par l'Allemagne pour assainir leurs comptes publics, et qui aggrave aujourd'hui leur situation &eacute;conomique. /Photo d'archives/REUTERS/Tony Gentile</p>