Lafarge optimiste sur les prix du ciment et la demande en 2012

vendredi 4 mai 2012 11h33
 

par Gilles Guillaume et Elena Berton

PARIS (Reuters) - Lafarge entend poursuivre en 2012 ses hausses de prix, son désendettement et ses cessions d'actifs, dans un contexte de croissance de la demande mondiale de ciment qui a soutenu ses résultats au premier trimestre.

Le premier cimentier mondial, qui se recentre actuellement sur ce métier ainsi que sur le béton et les granulats tout en sortant du plâtre, continue d'anticiper pour l'année une hausse de 1 à 4% de la demande de ciment grâce aux pays émergents, où il réalise désormais 60% de ses ventes, et malgré l'Europe, notamment du Sud.

Ce contexte est propice à un rattrapage en matière de prix, d'autant plus favorable aux marges du groupe que Lafarge anticipe une inflation des coûts plus modérée en 2012 qu'en 2011.

"Les augmentations de prix passées avec succès au début de l'année confortent notre optimisme sur les prix pour l'ensemble de l'année", a déclaré le directeur financier Jean-Jacques Gauthier au cours d'une téléconférence.

Il s'est également montré confiant de pouvoir procéder à une nouvelle hausse en août sur le marché américain du ciment.

Lafarge a maintenu son estimation du marché en 2012 malgré la dégradation de l'activité en Grèce d'une part, et en dépit du rebond observé aux Etats-Unis d'autre part. Jean-Jacques Gauthier a souligné que sur le marché nord-américain, le groupe préférait attendre prudemment le deuxième trimestre avant d'affiner éventuellement à la hausse sa prévision actuelle de la demande de ciment, comprise entre -1 et +2%.

"Les principaux chiffres devraient recevoir un accueil positif, en particulier au vu de la pression récente exercée sur l'action", commente Goldman Sachs dans une note.

Vers 11h30, le titre Lafarge prend 3,2% à 30,92 euros, après un plus haut du jour à 31,80. A la clôture de jeudi, le titre affichait un gain de 10% environ depuis le début de l'année, après -42% en 2011.   Suite...

 
<p>Bruno Lafont, le PDG de Lafarge. Le groupe annonce une hausse de son chiffre d'affaires et de son r&eacute;sultat op&eacute;rationnel courant au premier trimestre gr&acirc;ce aux pays &eacute;mergents et &agrave; l'am&eacute;lioration des prix, permettant au premier cimentier mondial de r&eacute;duire sa dette. En revanche, le r&eacute;sultat net, part du groupe, fait appara&icirc;tre une perte de 44 millions d'euros, reflet de charges de restructuration correspondant notamment aux 500 suppressions d'emplois engag&eacute;es &agrave; travers le monde. /Photo prise le 17 f&eacute;vrier 2012/REUTERS/Jacky Naegelen</p>