Lafarge et Anglo American devront céder d'importants actifs

mardi 1 mai 2012 18h32
 

par Clara Ferreira-Marques

LONDRES (Reuters) - Le cimentier Lafarge et le groupe minier Anglo American devront procéder à d'importantes cessions pour obtenir le feu vert des autorités britanniques à leur projet de co-entreprise dans les matériaux de construction, une condition dont Londres espère qu'elle permettra l'émergence de nouveaux entrants sur ce marché.

Sans ces cessions, estime la Commission de la concurrence, le rapprochement entre les deux entreprises nuirait à la concurrence en Grande-Bretagne.

Lafarge et Anglo American avaient annoncé en février 2011 un projet de fusion de leurs activités de matériaux de construction au Royaume-Uni au sein d'une co-entreprise détenue à parts égales.

Cet accord, visant à regrouper l'ensemble des activités ciment, granulats, béton prêt à l'emploi et enrobés bitumineux des deux groupes sur le marché britannique, doit permettre au groupe français de se renforcer outre-Manche.

Le 21 février dernier, la Commission britannique de la Concurrence avait déjà indiqué qu'à ses yeux, la fusion des activités des deux groupes, dont le chiffre d'affaires cumulé sur la base de 2010 atteignait 2,1 milliard d'euros, présentait des risques pour la concurrence et que, pour y remédier, les deux partenaires devraient céder des actifs.

Mardi, elle a précisé que ces cessions devaient porter sur "un portefeuille significatif d'opérations" incluant notamment une usine de ciment, deux usines d'asphalte ou encore une carrière, soit un ensemble suffisant pour permettre l'entrée d'un nouveau concurrent sur le marché.

Lafarge et Anglo American ont chacun de leur côté salué cette décision. Le groupe français s'est dit "confiant" dans leur capacité à respecter la condition posée.

Les analystes estiment que ces cessions pourraient attirer un nombre important d'acquéreurs potentiels en dépit du climat d'austérité ambiant en Grande-Bretagne, qui risque de peser sur les dépenses d'infrastructures.   Suite...

 
<p>Le cimentier Lafarge et le groupe minier Anglo American devront proc&eacute;der &agrave; d'importantes cessions pour obtenir le feu vert des autorit&eacute;s britanniques &agrave; leur projet de co-entreprise dans les mat&eacute;riaux de construction, une condition dont Londres esp&egrave;re qu'elle permettra l'&eacute;mergence de nouveaux entrants sur ce march&eacute;. /Photo d'archives/REUTERS/Bor Slana</p>