Pfizer bat le consensus, les réductions de coûts en soutien

mardi 1 mai 2012 17h59
 

par Ransdell Pierson

(Reuters) - Pfizer a publié mardi des résultats supérieurs aux attentes, l'amélioration de ses marges et la croissance des ventes du Lyrica, un médicament contre les douleurs neuropathiques, compensant en partie la chute du chiffre d'affaires généré par le Lipitor, son anti-cholestérol vedette confronté à la concurrence de génériques.

Les ventes du Lipitor, dont le brevet a expiré en novembre, ont reculé de 42% au premier trimestre, à 1,4 milliard de dollars.

"L'impression dominante, c'est que Pfizer résiste étonnamment bien à la perte du brevet du Lipitor", a commenté Damien Conover, analyste de Morningstar. "Quand vous perdez votre meilleur médicament à l'échelle mondiale et que votre bénéfice par action ne recule que de 3%, c'est bien mieux que ce qu'on prévoyait il y a quelques années. Pfizer compense la perte de ce brevet en réduisant ses coûts et grâce à de nouveaux médicaments."

L'action Pfizer ne gagnait cependant que 0,1% environ en milieu de séance à la Bourse de New York alors que l'indice Standard & Poor's 500 progressait de 1%.

Le premier groupe pharmaceutique américain a réalisé sur les trois premiers mois de l'année un bénéfice net de 1,79 milliard de dollars (1,35 milliard d'euros), soit 24 cents par action, contre 2,2 milliards (28 cents/action) un an plus tôt sur la même période.

Les résultats avaient souffert à l'époque de charges liées à des poursuites judiciaires et à la restructuration des activités de recherche.

Hors éléments exceptionnels, le bénéfice par action (BPA) trimestriel atteint 58 cents. Les analystes financiers prévoyaient en moyenne un BPA de 56 cents.

MONTÉE EN PUISSANCE DE NOUVEAUX MÉDICAMENTS   Suite...

 
<p>Pfizer a d&eacute;gag&eacute; un b&eacute;n&eacute;fice net trimestriel de 1,79 milliard de dollars (1,35 milliard d'euros,) contre 2,2 milliards un an plus t&ocirc;t sur la m&ecirc;me p&eacute;riode, d&eacute;passant les attentes gr&acirc;ce &agrave; des mesures d'&eacute;conomies qui ont partiellement compens&eacute; la baisse des ventes du Lipitor, son anti-cholest&eacute;rol vedette, d&eacute;sormais confront&eacute; &agrave; la concurrence de m&eacute;dicaments g&eacute;n&eacute;riques. /Photo d'archives/REUTERS/Brendan McDermid</p>