Les résultats de Fiat-Chrysler dépassent les attentes

jeudi 26 avril 2012 22h09
 

par Bernie Woodall et Jennifer Clark

DETROIT/MILAN (Reuters) - Fiat a publié jeudi des résultats trimestriels supérieurs aux attentes des analystes grâce aux performances de sa filiale américaine Chrysler, qui affiche des profits sans précédent depuis son dépôt de bilan en 2009 et compense ainsi la baisse des ventes du groupe en Europe.

Sans la contribution de Chrysler, Fiat aurait été tout juste à l'équilibre sur les trois premiers mois de l'année, alors qu'il avait dégagé un bénéfice d'exploitation de 251 millions d'euros sur la même période l'an dernier.

Ces résultats confirment que Fiat-Chrysler reste un groupe à "deux vitesses", mais montrent une inversion des facteurs : en 2009, lorsque le groupe italien a pris le contrôle opérationnel de l'américain, nombre d'analystes s'attendaient à ce que ce dernier pèse lourdement sur ses comptes. Aujourd'hui, Chrysler est au contraire devenu un soutien clé pour Fiat.

Malgré la baisse de 13,1% de son chiffre d'affaires en Europe, à 4,5 milliards d'euros, Fiat a assuré tenir son plan de marche et confirmé l'ensemble de ses objectifs de résultats pour 2012.

Les ventes de voitures de Chrysler ont augmenté de 33% au premier trimestre à 523.000, grâce à la hausse du marché américain, où le constructeur a gagné des parts de marché.

"Un trimestre positif de plus, soutenu par la hausse des ventes, qui a dépassé la moyenne du secteur, ce qui confirme que l'équipe Chrysler continue de tenir le bon cap", a commenté Sergio Marchionne, directeur général de Chrysler et administrateur délégué de Fiat.

Le groupe de Turin détient 58,5% du capital de l'américain, le solde étant aux mains par une caisse d'assurance santé des retraités de Chrysler.

Sergio Marchionne a redit que la perspective d'une introduction en Bourse de Chrysler restait lointaine.   Suite...

 
<p>Fiat a publi&eacute; des r&eacute;sultats trimestriels sup&eacute;rieurs aux attentes gr&acirc;ce aux performances de sa filiale am&eacute;ricaine Chrysler, qui affiche des profits sans pr&eacute;c&eacute;dent depuis son d&eacute;p&ocirc;t de bilan en 2009 et compense ainsi la baisse des ventes du groupe en Europe. /Photo d&rsquo;archives/REUTERS/Denis Balibouse</p>