Décevant au 1er trimestre, GSK convoite Human Genome

mercredi 25 avril 2012 17h22
 

par Ben Hirschler

LONDRES (Reuters) - GlaxoSmithKline (GSK) a fait état mercredi de résultats moins bons qu'attendu au premier trimestre et s'est présenté comme le seul prétendant légitime pour le contrôle de son partenaire de longue date spécialiste des biotechnologies et potentiel relais de croissance Human Genome Sciences.

Le laboratoire britannique a qualifié de "définitive et équitable" son offre non sollicitée de 2,6 milliards de dollars (2 milliards d'euros) que le pionnier américain du développement de médicaments à partir de recherche sur l'ADN a rejeté.

Le directeur général Andrew Witty a cherché à écarter la perspective d'un relèvement de l'offre de 13 dollars par action lancée le 19 avril, la qualifiant de généreuse.

"Nous sommes tout à fait convaincus d'être un acquéreur irrésistible pour cette entreprise", a-t-il déclaré à des journalistes lors d'une téléconférence.

"Nous détenons les droits et avons le contrôle opérationnel sur les trois principaux actifs et nous pensons que c'est le moment opportun pour maximiser la valeur pour les deux groupes d'actionnaires", a-t-il poursuivi.

L'acquisition de Human Genome donnerait à GSK la pleine propriété du Benlystra, un traitement contre le lupus, une forme d'affectation cutanée, et du darapladib, un médicament encore au stade expérimental en cardiologie et pour le traitement du diabète, que certains analystes créditent d'un chiffre annuel de 10 milliards de dollars s'il s'avère efficace.

Andrew Witty a déclaré qu'une analyse intermédiaire sur des essais cliniques impliquant le darapladib avaient été réalisée et qu'elle avait conduit à recommander la poursuite des tests. Il a ajouté que cela ne modifiait pas la vision de GSK sur ce qui demeure un projet à haut risque qui ne produira de résultats définitifs que dans plusieurs années.

Humane Genome, qui a dit examiner ses options stratégiques, a souligné que les accords de commercialisation et de licence dans le cadre de programmes conjoints avec GSK pouvaient parfaitement être transférées à de potentielles tierces parties.   Suite...

 
<p>Les r&eacute;sultats de GlaxoSmithKline (GSK) sont moins bons qu'attendu au titre du premier trimestre. Le laboratoire britannique s'est par ailleurs pr&eacute;sent&eacute; comme le seul pr&eacute;tendant l&eacute;gitime pour le contr&ocirc;le de Human Genome Sciences, son partenaire de longue date et sp&eacute;cialiste des biotechnologies. /Photo d&rsquo;archives/REUTERS/Toby Melville</p>