La CE propose une hausse de 6,8% du budget de l'Union

mardi 24 avril 2012 19h08
 

BRUXELLES (Reuters) - La Commission européenne a proposé mardi d'augmenter de 6,8% le budget de l'Union européenne l'an prochain, au risque de se voir reprocher un double langage à l'heure où elle appelle tous les pays membres à une discipline budgétaire de fer.

L'exécutif communautaire souhaite que le budget de l'UE augmente de 138 milliards d'euros, selon un projet de document obtenu par Reuters.

La Commission justifie cette hausse par la nécessité de financer des engagements pris dans le passé mais l'argument risque d'être jugé un peu faible alors que les autorités européennes prêchent la baisse des dépenses publiques face à la crise de la dette dans la zone euro.

Le projet sera débattu mercredi par les 27 commissaires européens avant l'annonce officielle des prévisions budgétaires.

"Certains cabinets craignent que la proposition de hausse de 6,8% des engagements de paiements soit mal interprétée", explique le compte-rendu d'une réunion de hauts responsables de la Commission tenue lundi, que Reuters a pu se procurer.

"Le collège (des commissaires) devrait donc avoir une discussion politique principalement consacrée au niveau approprié d'engagements de paiements à proposer pour 2013 et à la meilleure manière de présenter ce projet de budget", ajoute ce document.

Un porte-parole du commissaire au Budget Janusz Lewandowski, a dit ne pas être en mesure de commenter ces informations.

Une source de la Commission a déclaré qu'une hausse des paiements de l'UE l'an prochain était inévitable mais que le projet de budget chercherait à limiter à 2% la progression des nouveaux engagements, un chiffre tout juste supérieur au taux d'inflation attendu.

NÉGOCIATIONS DIFFICILES EN VUE   Suite...

 
<p>La Commission europ&eacute;enne a propos&eacute; mardi d'augmenter de 6,8% le budget de l'Union europ&eacute;enne l'an prochain, au risque de se voir reprocher un double langage &agrave; l'heure o&ugrave; elle appelle tous les pays membres &agrave; une discipline budg&eacute;taire de fer. /Photo d'archives/REUTERS/Dado Ruvic</p>