Elections françaises et Pays-Bas ravivent les doutes des marchés

lundi 23 avril 2012 12h35
 

par Alexandre Boksenbaum-Granier

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes et les marchés de dette pâtissent lundi des incertitudes politiques, l'issue du premier tour de l'élection présidentielle en France et l'échec des discussions budgétaires aux Pays-Bas faisant craindre de nouvelles complications vers un règlement de la crise de la dette en zone euro.

Les marchés sont également affectés par des indicateurs d'activité moroses en zone euro et en Chine.

En France, le second tour de la présidentielle opposera le 6 mai le socialiste François Hollande et le président sortant Nicolas Sarkozy, qui ont obtenu respectivement 28,63% et 27,18% des suffrages exprimés, selon les chiffres définitifs du ministère de l'Intérieur.

"De manière générale, les marchés ont commencé à sanctionner la faiblesse des propositions de François Hollande pour améliorer la compétitivité de l'économie française et le manque de marges de manoeuvre politique de Nicolas Sarkozy s'il parvenait à être élu", écrit dans une note Exane BNP Paribas.

Vers midi, l'écart (spread) de rendement entre le taux de l'emprunt d'Etat à 10 ans français et son équivalent allemand (Bund) se creuse de trois points de base (pdb), à 142 pdb, après avoir atteint 149 pdb en matinée.

Cet écart, qui n'était que de 110 pdb au début du mois, avait atteint jeudi 151 pdb à la suite d'une rumeur sur une possible dégradation de la note souveraine de la France.

"LA FRANCE EN PORTE-À-FAUX"

Le rendement de l'emprunt français à 10 ans sur le marché secondaire s'élève à 3,10% après avoir dépassé 3,16% en matinée, contre 3,09% vendredi en clôture. Le taux du Bund à 10 ans baisse à 1,67%, contre 1,72% en fin de semaine dernière.   Suite...

 
<p>Les Bourses europ&eacute;ennes et les march&eacute;s de dette p&acirc;tissent des incertitudes politiques, l'issue du premier tour de l'&eacute;lection pr&eacute;sidentielle en France et l'&eacute;chec des discussions budg&eacute;taires aux Pays-Bas faisant craindre de nouvelles complications vers un r&egrave;glement de la crise de la dette en zone euro. A la mi-journ&eacute;e, le CAC 40 c&eacute;dait 1,69%, la Bourse d'Amsterdam abandonnait 2,44%, tandis que la Bourse de Francfort reculait de 2,49%. /Photo d'archives/REUTERS/Sukree Sukplang</p>