Sceptique, Wall Street surveillera les résultats et la Fed

dimanche 22 avril 2012 21h44
 

par Rodrigo Campos et Ryan Vlastelica

NEW YORK (Reuters) - Après un premier trimestre solide, Wall Street montre des signes de fébrilité.

Le bond des rendements obligataires a remis la crise européenne de la dette au premier plan, les indicateurs économiques américains signalent une croissance régulière mais peu vigoureuse, et les actions ont effacé une partie des gains qui avaient poussé les indices à des plus hauts de près de quatre ans.

Les marchés d'actions ont retrouvé un peu de leur élan la semaine dernière, à la faveur des résultats solides de plusieurs grands noms de la cote, et les investisseurs attendent à présent de voir si les sociétés américaines ont encore d'autres bonnes surprises en magasin.

Près de 180 sociétés du S&P 500 vont publier leurs résultats dans la semaine à venir. Alors que le marché entre dans une saison traditionnellement faible, les investisseurs auront besoin de chiffres solides pour tempérer l'impression qu'il n'a plus de marge de progression.

Plusieurs géants de l'économie américaine publient leurs résultats cette semaine, notamment Apple, qui publiera ses comptes mardi après la clôture.

Le premier groupe américain par sa capitalisation boursière a habitué les investisseurs à des trimestres exceptionnels et beaucoup estiment que son envolée depuis le début de l'année a nourri des attentes irréalistes. Le titre a perdu plus de 4% pendant deux semaines d'affilée, ce qui ne s'était pas produit depuis décembre 2008.

SANS CONVICTION

Les craintes persistent au sujet de l'Europe, où les rendements des obligations d'Etat continuent de grimper à des niveaux inquiétants, et les investisseurs se montrent de plus en plus sceptiques face à la hausse de près de 30% affichée par le S&P depuis son creux d'octobre.   Suite...

 
<p>Apr&egrave;s un premier trimestre solide, Wall Street montre des signes de f&eacute;brilit&eacute;. Les march&eacute;s am&eacute;ricains surveilleront cette semaine les r&eacute;sultats des entreprises et la Fed. /Photo d'archives/REUTERS/Brendan Mcdermid</p>