La croissance des émergents a nourri le 1er trimestre de Nestlé

vendredi 20 avril 2012 10h00
 

par Pascal Schmuck

ZURICH (Reuters) - Nestlé SA a une nouvelle fois annoncé vendredi une croissance organique plus forte que prévu au premier trimestre, la vitalité des marchés émergents et des augmentations de prix ayant permis de compenser la faiblesse des économies matures.

Le numéro un mondial de l'agroalimentaire a amélioré sa croissance organique à 7,2% contre 6,4% un an plus tôt, alors que les marchés tablaient sur une croissance limitée à 6,6%.

"Dans de nombreux marchés développés où la confiance des consommateurs est faible, l'environnement commercial est morose, tandis que dans la plupart des marchés émergents, les conditions restent dynamiques et riches en opportunités de croissance", a souligné le directeur général et administrateur délégué Paul Bulcke dans le communiqué.

Le chiffre d'affaires du groupe a totalisé 21,39 milliards de francs suisses (contre 20,26 mds un an plus tôt), l'activité des marchés émergents progressant de 13% contre 3,1% seulement dans les pays développés.

PLUS FAVORABLES POUR LES MATIÈRES PREMIÈRES

Alors que Nespresso a confirmé son dynamisme avec une croissance organique d'environ 20%, les activités Waters(Perrier, San Pellegrino ou encore Vittel) ont enregistré une croissance de 8% contre 4,4% un an plus tôt, le groupe évoquant un taux à deux chiffres pour sa marque Pure Life.

Nestlé a confirmé ses prévisions pour l'ensemble de l'année, soit une croissance organique de 5% à 6%, avec une amélioration de la marge en fin d'année et du bénéfice récurrent par action à taux de change constants.

Le groupe compte y parvenir "avec l'effet des adaptations de prix pour le reste de l'année et un contexte probablement plus favorable au second semestre pour les matières premières", ainsi que l'a indiqué Paul Bulcke dans le communiqué.   Suite...

 
<p>Nestle SA annonce vendredi une croissance organique de 7,2% au 1er trimestre ainsi qu'un chiffre d'affaires de 21,4 milliards de francs. /Photo d'archives/REUTERS/Denis Balibouse</p>