Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris

mercredi 18 avril 2012 18h22
 

PARIS (Reuters) - Les valeurs suivies mercredi à la Bourse de Paris où l'indice CAC 40 a perdu 1,59% à 3.240,29 points au lendemain d'un rebond de 2,7%, pénalisé par le regain d'inquiétudes entourant les finances des pays périphériques de la région à la veille d'une adjudication de dette espagnole alors que l'Allemagne a émis de la dette à deux ans à un coût historiquement bas.

* Dans ce contexte d'inquiétudes, les BANCAIRES ont une nouvelle fois souffert, l'indice sectoriel Stoxx abandonnant 2,11%, SOCIETE GENERALE 5,01% à 17,635 euros, plus forte baisse du CAC 40, CREDIT AGRICOLE 4,36% à 3,821 euros et BNP PARIBAS 3,19% à 30 euros. Hors CAC, NATIXIS a cédé 5,53% à 2,289 euros et DEXIA 4,35% à 0,22 euro.

* Les VALEURS CYCLIQUES ont été pénalisées par les prévisions de récession du FMI sur fond de politiques budgétaires extrêmement restrictives et de crise de la dette souveraine. PSA PEUGEOT CITROEN a perdu 4,84% à 9,64 euros, ALSTOM 4,07% à 26,865 euros et CAP GEMINI 3,44% à 29,575 euros. L'indice Stoxx du secteur automobile a lâché 1,4%.

* Le secteur de la CONSTRUCTION (-2,17%) a également pâti de la vente de la participation d'ACS (-6,06%) dans Iberdrola (-7,87%). ACS a prévenu que cette opération affecterait ses résultats annuels à hauteur de 540 millions d'euros. BOUYGUES a baissé de 3,53% à 20,92 euros, LAFARGE de 3,32% à 30,58 euros, et VINCI de 3,13% à 35,24 euros.

EIFFAGE a terminé en repli de 6,79% à 25,40 euros, plus forte baisse du SBF 120. Groupama, quatrième actionnaire d'Eiffage, serait désireux de vendre sa participation si le cours de Bourse remontait, a déclaré mercredi le directeur général du groupe de BTP et de concessions.

* EDF a fini en baisse de 4,95% à 15,465 euros. Le groupe russe Novatek est en discussions notamment avec EDF au sujet d'une prise de participation dans le projet Yamal de production de gaz naturel liquéfié (GNL). L'électricien français a précisé que ces discussions étaient très préliminaires" et qu'aucune décision n'avait été prise à ce stade.

* Malgré l'annonce d'une hausse de 25% (+14% en organique) de son chiffre d'affaires au premier trimestre, LVMH n'a pas échappé pas au sort des autres poids lourds du CAC 40 et a perdu 3,3% à 126,20 euros alors que le ralentissement des ventes dans la Mode et la Maroquinerie (+12% en organique) a déçu certains analystes.

Par ailleurs, Douglas (+2,28%) n'est pas en contact avec le groupe de luxe, a-t-on appris auprès d'une source financière démentant ainsi une information voulant que LVMH envisage une transaction avec le distributeur allemand.

* Illustrant le regain d'inquiétudes des investisseurs, les valeurs DEFENSIVES ont été recherchées. PERNOD RICARD progressant de 0,9% à 78,90 euros, L'OREAL de 0,09% à 93,76 euros et REMY COINTREAU de 2,28% à 80,70 euros, plus forte hausse du SBF 120.   Suite...

 
<p>LA CL&Ocirc;TURE DE LA BOURSE DE PARIS</p>