Carrefour à la peine au 1er trimestre sauf en Amérique latine

jeudi 12 avril 2012 13h39
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Carrefour, dont les performances se sont encore détériorées en France et en Europe du Sud au premier trimestre, s'apprête à affronter un nouvel exercice difficile alors que la dégradation du climat économique en Europe continue de peser sur les dépenses de produits non alimentaires.

Le deuxième distributeur mondial derrière Walmart est parvenu à stabiliser son chiffre d'affaires grâce à l'Amérique latine et à un effet calendaire positif, qui ont masqué une poursuite de la baisse des ventes en France, en Europe du Sud mais aussi en Chine.

Ses ventes ont totalisé 22,5 milliards d'euros sur les trois premiers mois de l'année, un chiffre légèrement inférieur au consensus de 22,6 milliards établi par Reuters.

En données publiées, elles signent une progression de 1,5% grâce à un effet calendaire positif et à une hausse des prix de l'essence. Mais à données comparables et hors essence, elles sont quasiment stables (-0,1%) et sans l'effet du calendrier, elles reculent de 2,1%.

"Les tendances sont mauvaises dans presque tous les marchés, surtout en France et en Europe du Sud", soulignent les analystes de la banque Espirito Santo, qui évoquent en particulier une très forte détérioration dans le non-alimentaire particulièrement touché par la crise.

Le non-alimentaire - qui subit les effets de la crise en Europe et la concurrence du commerce électronique comme des enseignes spécialisées - constitue, aux dires des analystes, le plus gros chantier auquel Georges Plassat, futur PDG du groupe, va devoir s'atteler.

Les analystes de Barclays parlent d'un "nouveau trimestre difficile" qui témoigne de l'ampleur de la tâche qui lui incombe.

Sans surprise, Carrefour n'a donné aucune indication sur ses anticipations pour l'exercice en cours, alors que Georges Plassat ne sera nommé à la tête de l'entreprise qu'à compter du 18 juin.   Suite...

 
<p>Carrefour a fait &eacute;tat jeudi d'un chiffre d'affaires stable en donn&eacute;es comparables et hors essence au premier trimestre, tandis que les ventes de ses hypermarch&eacute;s en France ont poursuivi leur baisse. /Photo d'archives/REUTERS/Bazuki Muhammad</p>