Le marché automobile français a poursuivi sa chute en mars

lundi 2 avril 2012 13h19
 

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Les immatriculations de voitures neuves ont à nouveau chuté en France en mars, reflet d'un comparatif plus défavorable que jamais avec l'année dernière quand l'effet "prime à la casse" dopait encore les ventes, surtout celles des constructeurs français.

Il a été immatriculé le mois dernier 197.033 véhicules particuliers neufs, soit une chute de 23,5% en données brutes par rapport à mars 2011, a annoncé lundi le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA).

En données corrigées des jours ouvrables, la baisse ressort à 20,0%.

En janvier et février, le marché avait déjà accusé des baisses de l'ordre de 20% en données brutes, contrecoup du haut niveau d'immatriculations enregistré pendant la période correspondante de 2011 grâce aux dernières commandes effectuées dans le cadre de la "prime à la casse", mesure qui a pris fin en décembre 2010 mais restait valable pour les véhicules livrés jusqu'au 31 mars 2011.

"Ce repli est spectaculaire mais il était attendu", a commenté Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem de l'automobile. "On pense néanmoins que l'essentiel de la baisse de l'année a été réalisée au premier trimestre et que le scénario des deux millions de véhicules sur l'année reste d'actualité au vu des prises de commandes et des nouveaux modèles qui arrivent."

Le CCFA a maintenu lui aussi son estimation d'une baisse de 8% à 10% du marché automobile français en 2012.

"Aujourd'hui cette fourchette est toujours valide", a déclaré Patrick Blain, président du Comité, lors d'une conférence de presse.

"Si on fait -7% sur les trois derniers trimestres, ce qui n'est pas absurde, on peut y parvenir. On sait que quand les constructeurs français sortent un nouveau modèle, ça donne au marché un coup dans le bon sens", a-t-il ajouté, en référence notamment à l'arrivée de la Peugeot 208.   Suite...

 
<p>LES IMMATRICULATIONS EN FRANCE</p>