Un déficit moins élevé facilite la tâche du prochain président

vendredi 30 mars 2012 11h25
 

par Jean-Baptiste Vey

PARIS (Reuters) - Le déficit public de la France en 2011 a été moins élevé que prévu, ce qui facilitera la tâche du prochain président si la croissance économique ne s'effondre pas.

Après 5,2% du PIB l'an dernier, au lieu de 5,7% prévu en loi de finances, Nicolas Sarkozy et François Hollande, favoris des sondages, se sont engagés à réduire le déficit public à 4,5% fin 2012 et 3,0%, limite du pacte de stabilité européen, fin 2013.

L'effort à fournir serait donc moins important que prévu.

Le président sortant s'est félicité du chiffre de vendredi.

"La France a fait beaucoup mieux grâce aux efforts des Français", a-t-il dit, renouvelant sa promesse d'atteindre 3% fin 2013.

Mais la tendance de janvier a été mauvaise et un net ralentissement économique est attendu pour l'ensemble de 2012, susceptible de faire déraper les comptes s'il était plus marqué.

Le "bon" chiffre de 2011 publié vendredi devra en outre être confirmé par une nouvelle appréciation attendue le 15 mai.

Le solde public comprend les comptes de l'Etat, des collectivités locales et des administrations de sécurité sociale. Il n'a pas été positif depuis 1974.   Suite...