Accusé de sabotage, News Corp contre-attaque

vendredi 30 mars 2012 07h49
 

par Georgina Prodhan

LONDRES (Reuters) - C'est un Rupert Murdoch en colère qui est passé à la contre-attaque jeudi contre les "ennemis" qui accusent son groupe de médias News Corp d'avoir piraté ses rivaux, les qualifiant d'"aristos et de conservateurs" bloqués sur leurs privilèges du siècle dernier.

Déjà fragilisé par le scandale des écoutes téléphoniques clandestines en Grande-Bretagne, News Corp est au centre de nouvelles allégations lancées en Grande-Bretagne et en Australie selon lesquelles une filiale du groupe aurait eu pour mission de favoriser le piratage de chaînes de télévision payante concurrentes.

L'Australian Financial Review a écrit mercredi que News Corp s'était servi d'Operational Security, filiale créée au milieu des années 1990, pour saboter ses concurrents. L'émission Panorama, diffusée en début de semaine en Grande-Bretagne par la BBC, avait déjà fait état de soupçons similaires.

Operational Security était une branche de NDS, filiale de News Corps spécialisée dans le cryptage des signaux, une activité cruciale pour les chaînes de télévision payante.

News Corp comme NDS, sortie depuis de l'orbite du groupe de Murdoch, ont opposé des démentis catégoriques à ces allégations.

"Il semble que chacun de nos concurrents et ennemis accumulent mensonges et diffamations", a écrit Rupert Murdoch jeudi sur son compte Twitter, ajoutant que la riposte était en préparation et qu'elle serait sévère.

News Corp, dont les activités couvrent tout le spectre du secteur des médias et dont la puissance est, dit-on, capable de faire ou défaire des carrières politiques, est soumis à de très fortes critiques depuis l'éclatement du scandale des écoutes téléphoniques en Grande-Bretagne qui a notamment conduit à la fermeture du tabloïd News of the World l'été dernier.

Mais face à ces nouvelles accusations, Murdoch, qui confiait en juillet dernier à une commission parlementaire avoir vécu "le jour le plus humiliant de sa vie", semble avoir opté pour une réponse d'un tout autre type.   Suite...

 
<p>C'est un Rupert Murdoch en col&egrave;re qui est pass&eacute; &agrave; la contre-attaque jeudi contre les "ennemis" qui accusent son groupe de m&eacute;dias News Corp d'avoir pirat&eacute; ses rivaux, les qualifiant d'"aristos et de conservateurs" bloqu&eacute;s sur leurs privil&egrave;ges du si&egrave;cle dernier. /Photo prise le 25 f&eacute;vrier 2012/REUTERS/John Stillwell/Pool</p>