29 mars 2012 / 12:52 / dans 5 ans

Mesures d'urgence à SFR avant un plan de réorganisation

<p>SFR, mis sous pression par le lancement de Free Mobile, a engag&eacute; la mise en oeuvre d'une s&eacute;rie de mesures d'urgences pour r&eacute;duire ses co&ucirc;ts en pr&eacute;lude &agrave; la mise au point d'un plan de r&eacute;organisation plus vaste attendu d'ici l'&eacute;t&eacute;, selon un document interne obtenu jeudi par Reuters. /Photo d'archives/REUTERS/Bob Strong</p>

par Gwénaëlle Barzic et Leila Abboud

PARIS (Reuters) - SFR, mis sous pression par le lancement de Free Mobile, a engagé la mise en oeuvre d‘une série de mesures d‘urgences pour réduire ses coûts en prélude à la mise au point d‘un plan de réorganisation plus vaste attendu d‘ici l’été, selon un document interne obtenu jeudi par Reuters.

Le détail de ces mesures dites “conservatoires” a été présenté aux représentants du personnel mercredi lors d‘un comité d‘entreprise présidé par Jean-Bernard Lévy, dirigeant de la maison mère Vivendi et nouveau PDG de l‘opérateur télécoms, a-t-on dit à Reuters de sources syndicales.

“SFR souhaite se donner du temps afin d‘analyser posément les conséquences de ce bouleversement du marché”, peut-on lire dans le document d‘une trentaine de pages présenté lors du comité d‘entreprise.

“Cette réflexion pourra conduire à la révision de la stratégie de SFR qui sera alors présentée en CCE une fois aboutie”, est-il ajouté dans le document.

Selon deux sources syndicales, la direction de SFR prévoit de présenter d‘ici l’été un plan stratégique prévoyant une réorganisation en profondeur de l‘entreprise face à la nouvelle donne sur le marché du mobile provoquée par le lancement en début d‘année de Free Mobile avec des offres à prix cassés.

En dépit de la baisse des tarifs d‘une partie de ses offres, SFR a fait état de 200.000 pertes d‘abonnés au cours des deux premiers mois de l‘année, soit 1% de l‘ensemble de son parc, et dit anticiper un recul de 12% à 15% de son Ebitda en 2012.

Début mars, Jean-Bernard Lévy a annoncé son intention de “serrer les boulons” chez SFR en revoyant l‘organisation, les offres et les coûts de l‘opérateur, mais sans fournir de calendrier précis.

Dans l‘attente de l’élaboration du plan stratégique, l‘opérateur mobile a engagé une première série de mesures visant à réduire ses coûts.

Selon le document obtenu par Reuters, SFR prévoit notamment le gel ou l‘arrêt de certains projets, des gels de recrutements en contrat à durée indéterminée, des non-renouvellements de contrats à durée déterminée ainsi que des arrêts de contrats d‘intérim ou de prestataires.

REMISE À PLAT

L‘ensemble de ces mesures représenteraient entre 150 et 200 emplois, selon les estimations des sources syndicales.

“Ce n‘est que le début”, a indiqué l‘une des sources, selon laquelle la direction de l‘opérateur prévoirait 1.500 suppressions d‘emplois par le biais de non-renouvellements de CDD et d‘arrêts de contrats d‘intérim ou de prestataires dans les 18 à 24 prochains mois.

Les syndicats redoutent que la réorganisation de l‘opérateur affecte également des salariés en contrat indéterminée.

“Ils vont profiter de l‘arrivée de Free pour remettre les choses à plat au sein de l‘entreprise en termes de fonctionnement et d‘organisation”, a estimé la deuxième source.

Le comité d‘entreprise a fait appel à un expert afin d’évaluer l‘impact des mesures conservatoires déjà prévues en termes de réductions de coûts.

Les difficultés de SFR, qui représente plus de 40% du résultat opérationnel de Vivendi, devraient peser sur sa maison mère qui prévoit deux années difficiles avant un retour à la croissance de ses résultats en 2014.

Dans une note, les analystes de Credit Suisse estiment que le deuxième opérateur de téléphonie mobile en France n‘a enregistré pour l‘instant que les deux cinquièmes de la baisse probable de son ARPU (le revenu moyen par abonné), qui devrait reculer au total de 35% entre 2009 et 2015.

Credit Suisse a abaissé son objectif du cours de Vivendi à 17,90 euros, contre 20,70 précédemment, mais a maintenu sa recommandation à “surperformer” en prévision des réductions de coûts qui pourraient être mis en oeuvre par l‘opérateur.

A 16h00, Vivendi cotait 13,66 euros (-1,16%).

SFR n‘a pas souhaité faire de commentaires.

L‘opérateur a annoncé ce jeudi qu‘il avait engagé le déploiement de son réseau “4G” de dernière génération, en cours d‘installation à Lyon et Montpellier, en vue d‘un lancement commercial prévu pour début 2013, un calendrier similaire à celui de ses concurrents France Télécom et Bouygues Telecom.

SFR a par ailleurs renouvelé son partenariat avec la société Fon en vue d’élargir son réseau WiFi à 10 millions de points d‘accès, dont 5,5 millions à l‘international.

Edité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below