29 mars 2012 / 09:14 / il y a 5 ans

Le G7 en reprise fragile, la zone euro à la traîne, selon l'OCDE

<p>Les pays de la zone euro sont &agrave; la tra&icirc;ne des Etats-Unis et au Canada au moment o&ugrave; une reprise encore fragile s'enracine dans les &eacute;conomies avanc&eacute;es, estime l'OCDE, qui conseille aux banques centrales de maintenir un flot de liquidit&eacute;s abondantes pour soutenir ce rebond. /Photo d'archives/Arnd Wiegmann</p>

PARIS (Reuters) - Les pays de la zone euro sont à la traîne des Etats-Unis et au Canada au moment où une reprise encore fragile s'enracine dans les économies avancées, estime jeudi l'OCDE, conseillant aux banques centrales de maintenir un flot de liquidités abondantes pour soutenir ce rebond.

La croissance des pays du G7 s'établira en moyenne à 1,9% en rythme annualisé aux premier comme au deuxième trimestre, les taux variant cependant nettement selon les pays, écrit l'Organisation de coopération et de développement économiques dans ses perspectives économiques intérimaires.

L'amélioration du marché du travail aux Etats-Unis devrait aider la première puissance économique mondiale à croître de 2,9% au premier trimestre et 2,8% au deuxième, selon l'OCDE, dont le rapport est nettement plus optimiste que le précédent.

Avec le reflux du chômage, la confiance se raffermit, en particulier celle des ménages, et des conditions de financement souples les aident à rétablir leur situation budgétaire, note l'Organisation.

"Il faut que la politique monétaire apporte un soutien à moyen terme pour permettre à ce processus de continuer", a déclaré à des journalistes le chef économiste de l'OCDE Pier Carlo Padoan.

C'est dans la zone euro, confrontée à la crise de la dette souveraine, que la reprise sera la plus faible, avec une contraction d'activité en France et en Italie au premier trimestre et une croissance anémique de 0,1% en Allemagne.

Confrontée à une production industrielle faible et une confiance des ménages fragile, l'Italie devrait être empêtrée dans la récession, avec une contraction de 1,6% au premier trimestre en rythme annualisé et de 0,1% au deuxième trimestre, selon l'OCDE.

Le secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurria, a appelé mardi les pays de la zone euro à accroître la taille de leur fonds de secours, estimant que la crise de la dette n'était pas terminée, les banques restant fragiles, la dette augmentant et les objectifs budgétaires étant loin d'être assurés.

Dans le reste de l'Europe, la Grande-Bretagne subira une contraction d'activité de 0,4% en rythme annualisé au premier trimestre, avant un rebond de 0,5% au deuxième.

A la lumière de la fragilité de la reprise, l'OCDE estime que les banques centrales doivent être préparées à maintenir des taux d'intérêt à des niveaux historiquement bas et à maintenir d'autres mesures anti-crise "pendant longtemps encore".

Les appels se sont multipliés pour que la Banque centrale européenne et la Réserve fédérale de Etats-Unis, dont les bilans ont atteint une taille sans précédent, commencent à envisager un retrait des mesures non conventionnelles qu'elles ont adoptées ces trois dernières années.

Parmi les risques qui pèsent sur les perspectives mondiales, l'OCDE estime que la hausse des prix du pétrole, qui ont grimpé de 15% depuis le début de l'année, augmentera d'un quart de point de pourcentage l'inflation dans les pays développés et retranchera 0,1-0,2 point de pourcentage à la croissance en moyenne.

Leigh Thomas; Jean-Baptiste Vey pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below