Total pourrait mettre six mois à réparer la fuite en mer du Nord

mardi 27 mars 2012 21h25
 

LONDRES/PARIS (Reuters) - Le nuage de gaz naturel explosif qui s'est formé autour d'une plate-forme de Total au large de l'Ecosse après une fuite sur un puits a forcé Shell à évacuer à son tour mardi son personnel de deux installations voisines et le groupe pétrolier français n'exclut qu'il faille six mois pour réparer la fuite.

Les inquiétudes croissantes au sujet de la plate-forme d'Elgin-Franklin, que ce soit en termes de pertes de production ou de possibles coûts de réparation du site, a fait chuter le cours de Bourse de Total, qui assure que la fuite n'a pas eu pour l'instant un impact important sur l'environnement.

Ce n'est pas l'avis de Frederic Hauge, qui dirige Bellona, un important groupe de défense de l'environnement norvégien suivant de près l'exploitation pétrolière en Mer du Nord.

Estimant qu'il s'agissait "du puits de l'enfer", il a jugé que "le problème échappe à tout contrôle".

La fuite de gaz sur Elgin-Franklin a formé un nuage suffisamment dense pour être visible d'autres plates-formes de la mer du Nord. Shell a décidé de suspendre, par mesure de précaution, ses activités de forage sur l'une d'entre elles.

L'action Total a enregistré la plus forte baisse de l'indice CAC 40 mardi, cédant 5,96% à 38,56 euros, à ses plus bas niveaux des trois derniers mois. Le titre accuse ainsi son plus fort recul depuis décembre 2008 et voit sa capitalisation fondre de six milliards d'euros environ.

Total, de loin la plus forte pondération du CAC, a entraîné l'indice parisien, qui a terminé en baisse de 0,92% alors que l'indice sectoriel européen du pétrole et du gaz abandonnait 2,37%.

A ce stade, les investisseurs s'inquiètent davantage de l'impact de la fuite sur la production du groupe que de ses conséquences sur l'environnement et jouent la prudence en attendant de pouvoir se faire une idée précise de l'ampleur de la catastrophe.

"Les investisseurs appliquent le principe de précaution face à une situation encore incertaine, avec en mémoire l'accident récent qui a affecté BP", a souligné Romain Burnand, co-dirigeant de Moneta Asset Management.   Suite...

 
<p>Total examine toutes ses options pour faire face &agrave; la fuite de gaz survenue sur sa plate-forme de Elgin-Franklin en mer du Nord, y compris creuser un puits de secours, une op&eacute;ration qui pourrait prendre six mois. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau</p>