Dépassement de budget, risque de retard pour le tanker de Boeing

mardi 27 mars 2012 14h33
 

(Reuters) - Le nouveau tanker KC-46 conçu par Boeing connait déjà un dépassement de budget de 900 millions de dollars et s'expose à un risque sérieux de non respect des délais, lit-on dans un rapport du Government Accountability Office (GAO), un organisme du Congrès.

Le GAO constate que l'Air Force a encadré le risque de surcoût de ce programme de près de 52 milliards de dollars en concluant un contrat à prix fixe mais observe aussi que des dépassements des délais restent très possibles.

Un risque que l'Air Force elle-même juge "modéré".

"Même avec ces garde-fous, il est important d'observer qu'après un an de développement, les estimations de coût du fournisseur et de l'Air Force dépassent le montant du contrat de développement et que des risques importants de dépassement des délais ont été identifiés", lit-on dans ce rapport annuel publié lundi.

Le programme dépasse le budget de 4,4 milliards de dollars du contrat initial de développement de 900 millions de dollars, soit de 400 millions le plafond fixé pour ce contrat.

Suivant les termes du contrat, l'Etat doit couvrir 60% des dépassements jusqu'au plafond, charge à Boeing d'assumer leur charge au-delà du plafond, à moins que Washington ne renégocie le contrat.

Boeing avait remporté ce marché mouvementé en février 2011, face à EADS, et après moult péripéties. L'US Air Force doit remplacer sa flotte de tankers (avions de ravitaillement en vol) KC-135, dont l'âge moyen est maintenant de 49 ans.

Boeing propose une version modifiée de son avion de ligne 767 pour ce faire.

Le GAO observe que le programme tanker n'est pas aussi délicat qu'un programme développant un tout nouvel armement, comme le F-35 Joint Strike Fighter construit par Lockheed Martin et que le Pentagone a restructuré par trois fois ces dernières années.   Suite...

 
<p>Le nouveau tanker KC-46 con&ccedil;u par Boeing connait d&eacute;j&agrave; un d&eacute;passement de budget de 900 millions de dollars et s'expose &agrave; un risque s&eacute;rieux de non-respect des d&eacute;lais, selon un rapport du Government Accountability Office (GAO), un organisme du Congr&egrave;s. /Photo d'archives/REUTERS/Joshua Lott</p>