Le chômage poursuit sa hausse à un mois de la présidentielle

lundi 26 mars 2012 18h48
 

par Jean-Baptiste Vey

PARIS (Reuters) - Le chômage a augmenté en février pour le dixième mois consécutif et devrait poursuivre sa hausse jusqu'à l'été, un phénomène qui pourrait peser lourd dans le choix des Français appelés à choisir leur futur président le 6 mai prochain.

Le nombre de demandeurs d'emploi a atteint le mois dernier son plus haut niveau depuis octobre 1999. Et le pire est peut-être à venir, estiment les spécialistes.

"Aucune bonne nouvelle n'est à espérer sur le front du chômage cette année", déclare Alexandre Mirlicourtois, directeur des études du cabinet économique Xerfi, dans une analyse intitulée "le risque d'embrasement" diffusée jeudi dernier.

On comptait près de 2,9 millions de demandeurs d'emploi fin février en métropole dans la catégorie A, la plus regardée, et près de 4,3 millions dans les trois catégories principales.

Toutes catégories confondues, "la barre des 5 millions sera franchie en juin ou juillet et le pire est à venir", ajoute Alexandre Mirlicourtois, car les perspectives des entreprises sont mauvaises dans l'ensemble des secteurs.

Les entreprises risqueraient ainsi non seulement de ne plus embaucher mais d'ajuster leurs effectifs en se séparant désormais de personnes en contrat à durée indéterminée.

L'Insee a annoncé jeudi que le taux de chômage pourrait atteindre 9,7% en métropole fin juin et 10,1% sur la totalité du territoire, contre 9,4% et 9,8% fin 2011.

L'Unedic, qui gère l'assurance chômage, estimait fin janvier que le nombre de chômeurs indemnisés augmenterait d'environ 140.000 cette année, soit plus du double qu'en 2011.   Suite...

 
<p>HAUSSE DU CH&Ocirc;MAGE EN FRANCE</p>