GM pourrait délocaliser et fermer des sites européens

dimanche 25 mars 2012 17h45
 

FRANCFORT (Reuters) - General Motors, qui a récemment passé une alliance avec PSA Peugeot-Citroën, pourrait développer ses capacités de production dans des pays à bas coûts, tout en fermant son usine allemande de Bochum et anglaise d'Ellesmere Port, écrit Der Spiegel dimanche, citant un document stratégique interne.

Suivant le document "Global Assembly Footprint", si les ventes augmentaient, GM produirait les nouveaux véhicules dans des pays tels que la Pologne, la Russie, la Chine, l'Inde, le Mexique et le Brésil, poursuit Der Spiegel.

Toujours selon ce document, GM compte exporter d'ici 2016 300.000 véhicules de plus en Europe, construits au Mexique, en Corée et en Chine.

"Aucune décision n'a été prise à cet égard pour la production automobile d'Opel", a dit dimanche un porte-parole de GM Europe.

Opel exclut des fermetures de sites et des suppressions d'emplois jusqu'à la fin 2014 mais la filiale européenne de General Motors n'a aucun a priori quant aux initiatives déployées pour devenir plus rentable à l'avenir, a déclaré de son côté son président du directoire Karl-Friedrich Stracke.

"Nous avons un accord clair qui protège les sites jusqu'à la fin 2014; il n'est pas remis en cause", a-t-il dit, dans un entretien publié samedi dans le Bild. "Il nous faut une stratégie globale qui prenne en compte tous les éléments et paramètres; il n'y a aucun tabou", a-t-il ajouté.

Prié de dire si le personnel d'Opel jouirait de la sécurité de l'emploi jusqu'à la fin 2014, Stracke a répondu: "Correct!".

Il a ajouté qu'il espérait que la société puisse présenter au personnel des décisions concrètes dans deux à trois mois, afin de leur apporter une vision plus précise de l'avenir.

MOBILISATION SYNDICALE   Suite...

 
<p>General Motors, qui a r&eacute;cemment pass&eacute; une alliance avec PSA Peugeot-Citro&euml;n, pourrait d&eacute;velopper ses capacit&eacute;s de production dans des pays &agrave; bas co&ucirc;ts, tout en fermant son usine allemande de Bochum et anglaise d'Ellesmere Port, &eacute;crit Der Spiegel dimanche, citant un document strat&eacute;gique interne. /Photo d'archives/REUTERS/Carlos Barria</p>