Le conseil d'Opel va débattre de la fermeture de deux sites

vendredi 23 mars 2012 12h37
 

par Christiaan Hetzner et Ben Klayman

FRANCFORT/DETROIT (Reuters) - Les dirigeants d'Opel présenteront mercredi prochain au conseil de surveillance de la filiale européenne de General Motors un projet prévoyant la fermeture de deux usines en Europe pour réduire d'environ 30% les capacités de production, a-t-on appris de plusieurs sources informées des discussions au sein de l'entreprise.

PSA Peugeot Citroën, le nouvel allié français de GM, réunit ce vendredi un comité de groupe européen trois semaines après l'annonce du rapprochement entre les deux groupes, alors que les syndicats s'interrogent sur les retombées industrielles et sociales du projet.

"GM répète régulièrement qu'avec une capacité excédentaire équivalente à 500.000 voitures par an, nous avons deux usines en trop, et le nouveau directeur de la fabrication a visité les sites les uns après les autres en jouant les uns contre les autres", a déclaré jeudi un représentant syndical du conseil de surveillance d'Opel, qui a requis l'anonymat.

"Nous connaissons les principaux points du plan stratégique qui pourrait être présenté mercredi : il prévoit des fermetures d'usines et aucune croissance pour l'entreprise", a-t-il ajouté. "S'il est soumis au vote, l'ensemble du camp syndical votera contre ce plan."

Un porte-parole de GM s'est refusé à tout commentaire sur d'éventuelles fermetures de sites, mais a rappelé les précédentes déclarations du groupe selon lesquelles la direction collabore étroitement avec les syndicats et le comité d'entreprise pour améliorer la rentabilité.

Une source au sein d'Opel a déclaré qu'aucune décision n'avait été prise sur d'éventuelles fermetures d'usines en Europe, mais a ajouté que la marge de négociation de la direction était extrêmement limitée en raison du marasme actuel sur le marché automobile européen.

"Les affaires en Europe vont très mal pour l'ensemble du secteur en ce moment et il n'y a aucun signe de retournement", a dit cette source.

"Quand ça va aussi mal, il faut prendre des mesures, donc la question n'est pas de savoir ce nous voulons ou ce que veulent les syndicats, c'est la conjoncture qui l'impose."   Suite...

 
<p>Salari&eacute;s devant l'usine Opel de Bochum en Allemagne. Les dirigeants d'Opel pr&eacute;senteront mercredi prochain au conseil de surveillance de la filiale europ&eacute;enne de General Motors un projet pr&eacute;voyant la fermeture de deux usines en Europe pour r&eacute;duire d'environ 30% les capacit&eacute;s de production, selon plusieurs sources inform&eacute;es des discussions au sein de l'entreprise. /Photo prise le 23 mars 2012/REUTERS/Ina Fassbender</p>