Wall Street finit en baisse, craintes sur la croissance

jeudi 22 mars 2012 21h26
 

par Angela Moon

NEW YORK (Reuters) - Les marchés d'actions américains ont bouclé jeudi une troisième séance de baisse consécutive, les investisseurs craignant de voir les mornes perspectives économiques de l'Europe et les ralentissement de la croissance chinoise affecter la demande.

Si les indices boursiers ont montré ces derniers temps des capacités de résistance, terminant parfois en hausse après des débuts de séances poussifs, ils passent depuis quelques jours un véritable test, avec notamment le franchissement à la baisse jeudi du seuil des 1.400 points par le S&P 500.

Le Dow Jones des 30 valeurs industrielles américaines a perdu 0,6%, 78,48 points, à 13.046,14, le Standard & Poor's 500, indice de référence des gérants de fonds, a cédé 0,72%, 10,11 points, à 1.392,78 et le Nasdaq, à forte pondération technologique, a abandonné 0,39%, 12,00 points, à 3.063,32.

L'activité manufacturière en Chine s'est contractée pour le cinquième mois consécutif en mars, d'après l'estimation préliminaire de l'indice calculé par la banque HSBC auprès des directeurs d'achat.

Dans la zone euro, l'économie s'est dégradée contre toute attente en mars, plombée par un repli aussi marqué qu'inattendu de l'activité industrielle en France et en Allemagne, ont montré les résultats préliminaires des enquêtes Markit.

"L'hypothèse selon laquelle la zone euro est peut être en train d'entrer en récession est ce qui a incité les investisseurs à marquer une pause dans le rally", a commenté Jack DeGan, investisseur en chef chez Harbor Advisory.

"Mais je pense qu'il s'agit d'une consolidation à court terme. Nous avons dépassé la fourchette de fluctuation (du S&P 500) des 1.230-1.260 dans laquelle nous traitions depuis plus d'un an. Tant que nous ne retournons pas dans cette fourchette, je pense que le déclin que nous observons est de court terme."

Aux valeurs, on retiendra le recul de 3,46% à 92,50 dollars enregistré par le spécialiste de la logistique et des messageries FedEx, qui a prévenu que les perspectives économiques moroses en Europe pénaliseraient ses résultats.

A rebours de la tendance, le spécialiste du maxidiscompte Dollar General s'est adjugé 3,10% à 46,14 dollars après avoir fait part de résultats et de ventes meilleurs qu'attendu pour la période des fêtes de fin d'année.

Nicolas Delame pour le service français

 
<p>LA CL&Ocirc;TURE DES MARCH&Eacute;S AM&Eacute;RICAINS</p>