FedEx, morose sur l'horizon économique, baisse en Bourse

jeudi 22 mars 2012 16h59
 

par Lynn Adler

(Reuters) - FedEx a annoncé jeudi des résultats trimestriels meilleurs que prévu, mais l'action est en nette baisse en Bourse, le numéro deux mondial de la messagerie ayant revu en baisse ses prévisions de croissance économique pour 2012.

Pour le trimestre en cours, le quatrième de l'exercice fiscal 2011-2012, le groupe prévoit un résultat par action hors exceptionnels compris entre 1,75 et 2,00 dollars, contre 1,98 dollar attendu en moyenne par les analystes financiers, selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S.

Vers 14h20 GMT, l'action FedEx cédait 3,07% à 93,88 dollars alors que le S&P 500 cédait 0,69%.

Depuis le début de l'année, la valeur affiche cependant un gain de quelque 13%, faisant mieux que son rival UPS (+10%) et le S&P 500 (+12%).

FedEx a souligné que la cherté du kérosène incitait ses clients à privilégier la route pour le transport de marchandises afin de faire des économies.

"Le quatrième trimestre est toujours très bon, mais ce que nous constatons en ce moment (...) c'est que l'économie n'est pas aussi vigoureuse que ce que nous espérions il y a un an", a déclaré Alan Graf, directeur financier de FedEx, lors d'une conférence téléphonique.

"L'environnement économique et l'élasticité que nous voyons sur nos services haut de gamme due à la cherté des coûts du carburant freinent notre élan", a-t-il ajouté, évoquant notamment la faiblesse de l'économie européenne comme cause d'une révision à la baisse des perspectives de croissance de l'économie mondiale.

La valeur des biens transportés chaque année par FedEx, par route et par les airs, constitue l'équivalent de 4% du produit intérieur brut (PIB) américain et de 1,5% du PIB mondial.   Suite...

 
<p>FedEx annonce un b&eacute;n&eacute;fice en hausse au troisi&egrave;me trimestre, gr&acirc;ce &agrave; une am&eacute;lioration des rendements et des livraisons record durant la p&eacute;riode des f&ecirc;tes de fin d'ann&eacute;e. /Photo prise le 15 janvier 2012/REUTERS/Beno&icirc;t Tessier</p>