March 21, 2012 / 6:18 PM / 5 years ago

Le projet de libéralisation de Monti voté en Chambre des députés

2 MINUTES DE LECTURE

<p>Le gouvernement italien a obtenu mercredi le feu vert de la Chambre des d&eacute;put&eacute;s pour lib&eacute;raliser certaines professions afin d'accro&icirc;tre la concurrence et relancer l'&eacute;conomie. Le texte pr&eacute;voit la fin des tarifs minimum pour les comptables, les architectes et les notaires. Le nombre de pharmacies va &ecirc;tre augment&eacute; de 5.000 enseignes, et 500 nouvelles agences notariales vont voir le jour. Les formalit&eacute;s administratives pour les jeunes entrepreneurs seront assouplies. /Photo d'archives/Tony Gentile</p>

ROME (Reuters) - Le gouvernement italien a obtenu mercredi le feu vert de la Chambre des députés pour libéraliser certaines professions afin d'accroître la concurrence et relancer l'économie.

Les députés ont par ce vote accordé leur confiance au président du Conseil, Mario Monti, avec 449 voix pour et 79 contre, qui doit permettre une dérégulation dans des secteurs protégés de l'économie afin de favoriser la création d'emplois.

Le texte, présenté en janvier, a été l'objet de nombreuses discussions au Sénat avant son adoption à la chambre basse.

Ce vote est le bienvenu pour le chef du gouvernement italien qui doit affronter la colère de la CGIL au sujet de la réforme du code du travail présentée mardi. Le puissant syndicat craint des licenciements de masse en cas d'adoption de la réforme.

Certaines catégories professionnelles se sont farouchement opposées à cette libéralisation, notamment les chauffeurs de taxi, les pharmaciens, les avocats et les pompistes.

Le texte prévoit la fin des tarifs minimum pour les comptables, les architectes et les notaires. Le nombre de pharmacies va être augmenté de 5.000 enseignes, et 500 nouvelles agences notariales vont voir le jour. Les formalités administratives pour les jeunes entrepreneurs seront assouplies.

Malgré ces réformes, le texte a été critiqué pour avoir été trop édulcoré par les parlementaires, notamment la remise en cause de la libéralisation des licences des chauffeurs de taxi.

Steve Scherer, Benjamin Massot pour le service français, édité par Gilles Trequesser

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below