Possibles représailles de Pékin sur les terres rares

lundi 19 mars 2012 18h12
 

par Tom Miles et Doug Palmer

GENEVE/WASHINGTON (Reuters) - La décision sans précédent des Etats-Unis, du Japon et de l'Union européenne de saisir l'Organisation mondiale du commerce (OMC) sur la limitation par la Chine de ses exportations de terres rares risque d'exposer la triade à des représailles.

Cette plainte coordonnée, la première déposée par trois des quatre principales puissances commerciales mondiales à l'encontre de la quatrième, illustre les tensions suscitées par les ambitions de Pékin.

La Chine produit environ 97% des terres rares, qui désignent 17 métaux aux propriétés électromagnétiques très recherchés dans les technologies de pointe, des voitures hybrides et électriques aux armements électroniques en passant par les téléphones portables et les tablettes.

Les exportations chinoises de terres rares se sont effondrées précisément au moment où la demande a explosé, font valoir les détracteurs de Pékin, estimant disposer d'un dossier très solide.

"Nous nous sommes rencontrés une demi-douzaine de fois avec les pays qui nous ont rejoints. Je ne parle pas de rencontres à la va-vite. Il s'agissait de rencontres sur trois ou quatre jours pour examiner les aspects juridiques", a déclaré un représentant des autorités américaines.

"Des milliers de pages de documents rédigés en chinois ont dû être identifiés, traduits et analysés", a-t-il ajouté.

Certains analystes soulignent toutefois que la Chine est une cible de choix pour des responsables politiques, surtout en période électorale.

"Je pense qu'en période électorale (en France et aux Etats-Unis), les attaques contre la Chine sont en vogue. D'où le dépôt de plainte (à l'OMC)", a déclaré Jonathan Fenby, chargé de la Chine au sein du cabinet de consultants spécialisés sur les pays émergents Trusted Sources.   Suite...

 
<p>Alors que les Etats-Unis, le Japon et l'Union europ&eacute;enne ont d&eacute;cid&eacute; de saisir l'Organisation mondiale du commerce (OMC) sur la limitation par la Chine de ses exportations de terres rares (des m&eacute;taux aux propri&eacute;t&eacute;s &eacute;lectromagn&eacute;tiques utilis&eacute;s notamment dans les t&eacute;l&eacute;phones portables), des experts estiment que P&eacute;kin pourrait lancer des repr&eacute;sailles contre la triade. /Photo d'archives/REUTERS/Yuriko Nakao</p>