Fiat se négociera probablement aucune alliance en 2012

vendredi 16 mars 2012 18h44
 

par Jennifer Clark

MILAN (Reuters) - Fiat ne négociera probablement aucune alliance avec un autre constructeur dans le but de réduire ses coûts cette année, a-t-on appris de source proche du dossier, le groupe italien privilégiant ses propres projets et son implantation industrielle en Chine et en Russie.

L'administrateur délégué du constructeur turinois, Sergio Marchionne, a multiplié ces derniers mois les déclarations sur la nécessité d'alliances permettant de partager les coûts entre constructeurs, mais les opportunités en la matière se sont raréfiées le mois dernier avec l'annonce du rapprochement entre PSA Peugeot Citroën et General Motors.

Fiat n'a "pas de temps à consacrer à des fantaisies" cette année, a dit la source, qui est directement au fait du dossier.

Le groupe a longtemps été considéré comme un allié potentiel pour PSA ou pour GM et Marchionne a eu des discussions avec l'un et l'autre au cours des 12 derniers mois.

L'accord PSA-GM complique la donne de son point de vue car il ne débouchera sur aucune réduction de capacités dans l'immédiat, une priorité pourtant aux yeux de nombreux dirigeants du secteur.

Fiat peut se permettre de prendre son temps pour trouver un allié, estiment les analystes, et il dispose de 20,7 milliards d'euros de liquidités qui lui assurent une capacité certaine à faire face à une dégradation du marché.

Sergio Marchionne a eu en 2009 des discussions avec le président du directoire de PSA, Philippe Varin, au sujet d'éventuels partages de plates-formes et de moteurs, a dit une autre source proche du dossier. Mais ces discussions n'ont pas abouti en raison du manque d'intérêt manifesté par la famille Peugeot, ont expliqué plusieurs sources à Reuters.

"Varin était partant mais la famille Peugeot ne l'était pas", a déclaré la source proche du dossier.   Suite...