Des réserves américaines de pétrole pas si stratégiques

vendredi 16 mars 2012 10h07
 

par Ayesha Rascoe

WASHINGTON (Reuters) - Les réserves stratégiques de pétrole aux Etats-Unis ne sont plus vraiment aussi stratégiques qu'avant.

Alors que le président Barack Obama mise sur une nouvelle libération des stocks d'urgence du pays pour contrer l'envolée des prix du carburant, les experts notent que les bouleversements logistiques frappant le paysage pétrolier américain pourraient compliquer ses projets.

Certes, le fait de puiser dans les quatre gigantesques cavernes de sel de la côte du Golfe du Mexique - qui renferment 700 millions de barils de brut appartenant à l'Etat fédéral américain - ferait quasi certainement baisser les cours mondiaux du pétrole, soulageant les usagers à la pompe et apportant un coup de pouce à Barack Obama avant l'élection de novembre.

Jeudi, le prix du baril de brut a perdu jusqu'à trois dollars après une information de Reuters selon laquelle la Grande-Bretagne envisageait avec les Etats-Unis une libération de réserves pétrolières stratégiques dans le courant de l'année.

Des responsables britanniques ont précisé que le calendrier et les volumes envisagés seraient détaillés avant l'été, quand les prix du pétrole atteignent souvent un pic.

Mais l'organisation logistique d'une telle libération de brut vers les raffineurs volontaires est plus compliquée que jamais : s'il ne fait guère de doute que le pétrole des réserves d'urgence trouvera au bout du compte des acheteurs, il risque de leur parvenir plus lentement que ne l'espère le gouvernement.

L'inversion d'un pipeline clé reliant le Texas à L'Oklahoma va réduire la capacité de libération de la principale caverne de réserves pétrolières, relève ainsi John Shages, chargé des stocks d'urgence sous les administrations Bush et Clinton.

UN SYSTÈME D'UN AUTRE TEMPS   Suite...

 
<p>Alors que le pr&eacute;sident Barack Obama mise sur une nouvelle lib&eacute;ration des stocks d'urgence de p&eacute;trole am&eacute;ricain pour contrer l'envol&eacute;e des prix du carburant, les experts notent que les bouleversements logistiques frappant le paysage p&eacute;trolier am&eacute;ricain pourraient compliquer ses projets. /Photo prise le 30 janvier 2012/REUTERS/Richard Carson</p>