Wall Street fait du surplace à un niveau élevé

mercredi 14 mars 2012 21h37
 

par Ryan Vlastelica

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a fait du surplace mercredi, le S&P 500 s'étant frotté à la barre des 1.400 points sans réussir à la franchir en raison de l'absence de raisons justifiant une poursuite du bond de la veille provoquée par les propos plutôt optimistes de la Réserve fédérale sur l'économie et le secteur bancaire.

L'indice Dow Jones des 30 industrielles a gagné 0,12%, soit 16,42 points, à 13.194,10. En revanche, le S&P-500, plus large, a perdu 1,67 point, soit 0,12%, à 1.394,28. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 0,85 point (+0,03%) à 3.040,73.

Dans ce contexte, l'action Apple s'est une nouvelle fois illustrée, progressant pour la sixième séance de suite à la suite de commentaires favorables d'analystes, avec notamment Morgan Stanley et Canaccord Genuity qui ont fixé un objectif de cours supérieur à 700 dollars.

Le titre du fabricant d'iPad, d'iPhone et d'iMac a gagné 3,78% à 589,58 dollars. Depuis le début de l'année, la valeur a gagné 44%, ce qui conduit certains à anticiper un mouvement de repli d'Apple, première capitalisation de Wall Street.

"Nous craignons que cette évolution d'Apple ait été trop importante et trop rapide (...)", a déclaré Channing Smith, gérant de portefeuille chez Capital Advisors.

Ce dernier, qui détient des titres Apple, juge toutefois que, malgré un possible retrait à court terme, l'action est passée de "très sous-évaluée à un peu sous-évaluée", évoquant le potentiel des nouveaux produits.

La Réserve fédérale des Etats-Unis a laissé mardi, comme prévu, son principal taux directeur inchangé, tout en constatant des signes de redressement de l'économie et de relâchement des tensions sur les marchés financiers.

Elle a également dit la veille que la majorité des grandes banques américaines avaient réussi les tests de résistance annuels et continuaient d'avoir les fonds propres requis malgré les simulations de pertes importantes qui surviendraient dans un scénario économiquement très défavorable.   Suite...

 
<p>LA CL&Ocirc;TURE DES MARCH&Eacute;S AM&Eacute;RICAINS</p>