Un banquier démissionne, accuse Goldman de mépriser ses clients

mercredi 14 mars 2012 19h25
 

LONDRES (Reuters) - Un banquier de Goldman Sachs a lancé mercredi une violente charge contre la banque américaine, en publiant dans la presse sa lettre de démission qui critique la manière dont les responsables du groupe considèrent la clientèle.

Dans une tribune publiée dans le New York Times, Greg Smith, qui travaillait dans la branche des produits dérivés d'actions de la prestigieuse banque d'affaires, explique que Goldman Sachs est devenue une entreprise "toxique et destructrice" où les dirigeants qualifient ouvertement leurs propres clients d'"andouilles".

"Cela me rend malade de voir la manière dont les gens parlent d'arnaquer leurs clients. Au cours des 12 derniers mois, j'ai entendu cinq responsables différents qualifier leurs clients d'andouilles ('muppets')", écrit le banquier, qui accuse le groupe de se focaliser davantage sur ses bénéfices que sur les besoins de ses clients.

"Pour résumer simplement le problème, les intérêts du client continuent d'être laissés à la marge dans la manière dont le groupe fonctionne et pense à gagner de l'argent", poursuit Greg Smith, qui dit avoir travaillé 12 ans pour Goldman.

En Bourse, l'action Goldman Sachs recule de 3,3% à 120,43 dollars, dans un marché stable.

Cette tribune vient écorner un peu plus l'image de la banque d'investissement de Wall Street, qui a récemment été comparée par le magazine Rolling Stones à une "grande pieuvre vampire enserrant le visage de l'humanité".

En réaction, Goldman Sachs a publié un court communiqué: "Nous sommes en désaccord avec les opinions exprimées, dont nous pensons qu'elles ne reflètent pas la manière dont nous travaillons. A nos yeux, nous aurons du succès uniquement si nos clients en ont."

Le PDG Lloyd Blankfein et le directeur général-délégué Gary Cohn ont contre-attaqué dans une note interne transmise aux employés du groupe, dont Reuters s'est procuré une copie.

"Nous sommes déçus des allégations faites par cet individu, qui ne reflètent pas nos valeurs, notre culture et la manière dont la grande majorité des gens chez Goldman Sachs considèrent la société et le travail qu'elle accomplit au nom de nos clients", écrivent-ils.   Suite...

 
<p>Un banquier de Goldman Sachs a lanc&eacute; mercredi une violente charge contre la banque am&eacute;ricaine, en publiant dans la presse sa lettre de d&eacute;mission qui critique la mani&egrave;re dont les responsables du groupe consid&egrave;rent la client&egrave;le. /Photo prise le 18 janvier 2012/REUTERS/Brendan McDermid</p>