Schäuble et Baroin entrevoient une sortie de crise en zone euro

mardi 13 mars 2012 21h28
 

PARIS (Reuters) - Les problèmes de la zone euro ne sont pas réglés mais des signaux permettent d'entrevoir une sortie de crise, ont déclaré mardi les ministres des Finances allemand et français.

Lors d'une intervention sur l'avenir de la zone euro, les ministres ont loué l'action de la Banque centrale européenne et estimé que les pays européens devaient maintenir le cap des réformes, notamment la réduction des déficits publics.

"Nous pouvons dire que le pire est derrière nous mais nous ne pouvons pas relâcher nos efforts", a dit Wolfgang Schäuble.

Le président de la BCE, Mario Draghi, a estimé mardi que la zone euro était en train de se stabiliser, avant d'appeler à la poursuite des réformes, en particulier pour réduire les déséquilibres entre pays déficitaires et excédentaires.

La BCE a procédé à deux grandes opérations de prêts à trois ans (LTRO) à l'intention des banques depuis décembre, pour un montant d'environ 1.000 milliards d'euros.

Alors que ces décisions ont suscité des inquiétudes en Allemagne, notamment au sein de la Bundesbank, Wolfgang Schäuble a insisté sur le bien fondé de l'action menée par la BCE et estimé qu'elle ne créait pas de risques inflationnistes.

LA BCE DÉTERMINANTE

François Baroin a également salué le rôle "déterminant" joué par la BCE ces dernières semaines, tout en insistant sur la nécessité d'améliorer la situation des finances publiques.

Il a annoncé au passage que le déficit public de la France s'était élevé à 5,3% du produit intérieur brut en 2011.   Suite...

 
<p>Les ministres des Finances fran&ccedil;ais et allemand, Fran&ccedil;ois Baroin et Wolfgang Sch&auml;uble, ont d&eacute;clar&eacute; mardi que les probl&egrave;mes de la zone euro n'&eacute;taient pas r&eacute;gl&eacute;s mais que des signaux permettaient d'entrevoir une sortie de crise. Lors d'une intervention sur l'avenir de la zone euro, les ministres ont lou&eacute; l'action de la Banque centrale europ&eacute;enne et estim&eacute; que les pays europ&eacute;ens devaient maintenir le cap des r&eacute;formes, notamment la r&eacute;duction des d&eacute;ficits publics. /Photo prise le 13 mars 2012/REUTERS/Eric Vidal</p>