EADS défend le transfert d'activités à Toulouse

jeudi 8 mars 2012 18h48
 

par Tim Hepher et Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Le président exécutif d'EADS Louis Gallois, en réponse aux critiques allemandes, a défendu jeudi le projet de son successeur désigné Thomas Enders de domicilier davantage d'activités du groupe à Toulouse, où se trouve le siège d'Airbus.

Lors de la présentation des résultats annuels du groupe, Louis Gallois a confirmé que Peter Hintze, coordinateur de l'aéronautique et de l'espace au sein du gouvernement allemand, avait écrit à Thomas Enders pour réclamer qu'EADS domicilie au contraire davantage d'activités en Allemagne.

"Cette lettre n'est certainement pas appropriée et certainement pas en conformité avec la gouvernance d'une entreprise cotée", a déclaré Louis Gallois.

"Avec Thomas Enders et le comité exécutif, nous travaillons tous sans drapeau sur la table. Personne dans l'entreprise ne veut que cela change. Nous continuerons de travailler sans interférence de l'extérieur."

Cet incident entre EADS et la partie allemande du groupe est le plus sérieux depuis la crise de 2009 qui avait été provoquée par des dépassements de coûts et des retards dans le projet A400M. EADS avait également traversé une tourmente grave en 2006, cette fois à cause du retard du programme de l'A380.

EADS, dont les résultats de 2011 ont dépassé les attentes, prévoit pour 2012 un Ebit avant éléments non récurrents supérieur à 2,5 milliards d'euros après l'avoir déjà augmenté l'an passé à 1,8 milliard.

"Tout est désormais prêt pour qu'EADS prenne son envol vers l'accroissement de la rentabilité", a déclaré le groupe dans un communiqué, précisant que la performance de l'Ebit publié dépendra à l'avenir de l'avancement de ses programmes complexes.

L'action EADS s'est adjugée 10,78% à 29,74 euros après ces annonces, finissant largement en tête des hausses du CAC 40.   Suite...

 
<p>EADS vise une hausse de son Ebit avant exceptionnels et de son chiffre d'affaires en 2012 &agrave; la faveur d'un carnet de commandes record port&eacute; par les succ&egrave;s commerciaux d'Airbus, m&ecirc;me s'il met en garde contre les effets des incertitudes macro&eacute;conomiques et l'avenir des programmes de d&eacute;fense, notamment en Allemagne. /Photo prise le 17 janvier 2012/REUTERS/Morris Mac Matzen</p>