Face aux surcapacités, le secteur automobile en appelle à l'UE

mercredi 7 mars 2012 22h17
 

par Jennifer Clark

GENEVE (Reuters) - Confrontés à des surcapacités chroniques, les constructeurs automobiles européens en appellent désormais à l'Union européenne pour tenter de résoudre un problème qui plombe leurs résultats et les affaiblit face à une concurrence extra-communautaire de plus en plus présente.

Le président du directoire de PSA Peugeot Citroën, Philippe Varin, a déclaré mercredi que son groupe soutiendrait une action de l'UE pour réduire ces surcapacités de production, estimées à au moins 20% par bon nombre d'analystes et de dirigeants du secteur.

A ses yeux, les responsables européens ont tout intérêt à s'inspirer de l'expérience américaine des dernières années.

"Les politiques doivent soutenir l'industrie quand il faut qu'elle se restructure", a-t-il dit. "Si vous regardez ce qui s'est passé aux Etats-Unis pendant la crise, il y a eu un soutien très fort de la part du gouvernement américain."

L'ACEA, l'Association des constructeurs européens d'automobiles, a débattu lors du salon de Genève des moyens d'accroître ses actions de lobbying en faveur d'une telle action.

"Nous ne pouvons pas continuer éternellement à traiter les problèmes de l'automobile à l'échelon national", a déclaré son secrétaire général, Ivan Hodac, dans un entretien à Reuters. "Il faut une solution à l'échelle de l'UE. Mais ce n'est pas facile."

Une telle stratégie, qu'elle soit calquée sur le modèle du consortium aéronautique EADS ou qu'elle s'inspire de la restructuration du secteur sidérurgique, ne manquerait pas de se heurter à l'opposition de certains gouvernements nationaux soucieux de préserver l'emploi industriel sur leur territoire.

Le problème risque pourtant de s'accentuer suite à l'accord de libre-échange avec la Corée du Sud entré en vigueur en juillet dernier, qui dope les ventes des constructeurs sud-coréens.   Suite...

 
<p>Le salon automobile de Gen&egrave;ve. Confront&eacute;s &agrave; des surcapacit&eacute;s chroniques, les constructeurs automobiles europ&eacute;ens en appellent d&eacute;sormais &agrave; l'Union europ&eacute;enne pour tenter de r&eacute;soudre un probl&egrave;me qui plombe leurs r&eacute;sultats et les affaiblit face &agrave; une concurrence extra-communautaire de plus en plus pr&eacute;sente. /Photo prise le 7 mars 2012/REUTERS/Denis Balibouse</p>