COR - L'armateur CMA CGM lance une restructuration de sa dette

mercredi 7 mars 2012 16h21
 

Au 6e paragraphe, lire Malte au lieu de Chypre

par Julien Ponthus et Gus Trompiz

PARIS (Reuters) - Tout juste convalescent de la crise de 2009, l'armateur CMA CGM a lancé une restructuration de sa dette qui pourrait déboucher sur une montée en puissance du conglomérat turc Yildirim à son capital, voire d'une entrée du Fonds stratégique d'investissement (FSI).

Le groupe marseillais a rouvert des négociations avec ses banques et souhaite parvenir à un accord avec elles avant l'été, a déclaré mercredi à Reuters son directeur financier à l'occasion de la publication des résultats annuels de la société.

"L'un des objectifs de nos discussions avec nos banques c'est de retrouver une solidité financière qui rassure tout le monde, y compris les porteurs obligataires, car on a bien l'idée de revenir sur le marché obligataire", a déclaré Michel Sirat.

Après un rebond exceptionnel en 2010, l'année 2011 aura été marquée par des surcapacités sur certaines de ses lignes, une volatilité des taux de fret et une forte hausse des cours du pétrole.

Malgré un chiffre d'affaires 2011 en hausse de 4% à 14,87 milliards de dollars (11,3 milliards d'euros), CMA CGM a affiché un excédent brut d'exploitation (Ebitda) divisé par plus de trois à 711 millions de dollars et une perte nette de 30 millions contre un bénéfice de 1,627 milliard lors de l'exercice précédent.

Ces résultats en berne interviennent alors que le groupe avait déjà lancé en 2011 un important programme de réduction de coûts et organisé des cessions d'actifs, notamment 50% du terminal de conteneurs de Malte.

Après plus d'un an de discussions et de coups de théâtre, CMA CGM avait aussi réussi en 2011 à renforcer sa structure financière avec la souscription par Yildirim de 500 millions de dollars d'obligations convertibles et le placement sur le marché de deux lignes obligataires pour un montant total de 945 millions de dollars.   Suite...