La BCE devrait signaler une pause après l'accalmie

mardi 6 mars 2012 09h14
 

par Sakari Suoninen

FRANCFORT (Reuters) - La Banque centrale européenne devrait laisser entendre jeudi qu'elle a fait sa part du travail dans l'endiguement de la crise de la dette souveraine en réduisant ses taux et en prêtant des centaines de milliards d'euros aux banques, pour renvoyer la balle aux Etats membres de la zone euro.

En allouant aux banques plus de 1.000 milliards d'euros de liquidités à trois ans depuis décembre, la BCE leur a permis de se financer à des coûts avantageux, avec pour conséquence tangible une stabilisation du marché de la dette des pays périphériques de la zone euro. Pour le président de la BCE, Mario Draghi, une crise du crédit a ainsi pu être évitée.

Des voix s'élèvent désormais pour mettre en garde les responsables de la BCE contre les risques que font peser le déversement de liquidités, au premier rang desquelles figure celle du président de la Bundesbank, Jens Weidmann, qui réclame qu'un scénario de sortie soit d'ores et déjà ébauché.

S'il est encore bien trop tôt pour que la BCE annonce publiquement des mesures de durcissement, il n'a fallu aux économistes que deux semaines pour revenir sur leurs précédentes estimations qui tendaient vers de nouvelles baisses de taux dans les mois à venir.

"Nous n'assisterons sans doute pas à une conférence versant dans l'orthodoxie pure, mais (nous attendons) un message assez clair qui dirait, à moins que l'économie montre de nouveaux signes de décrochage: 'c'est terminé, plus de baisse de taux, plus de liquidités'", a dit à Reuters James Nixon, économiste de la Société Générale.

PAUSE

Mario Draghi a déclaré le mois dernier que l'hypothèse d'une baisse des taux n'avait pas été évoquée lors de la réunion de politique monétaire et les signes augurant d'une stabilisation économiques ont fait refluer les pressions en faveur de nouveaux assouplissements.

Cette pause se reflète d'ailleurs dans le programme de rachat d'obligations souveraines, mis en sommeil ces dernières semaines.   Suite...

 
<p>La Banque centrale europ&eacute;enne devrait laisser entendre jeudi qu'elle a fait sa part du travail dans l'endiguement de la crise de la dette souveraine en r&eacute;duisant ses taux et en pr&ecirc;tant des centaines de milliards d'euros aux banques, pour renvoyer la balle aux Etats membres de la zone euro. /Photo prise le 27 janvier 2012/REUTERS/Kai Pfaffenbach</p>