L'UE peine toujours à concilier austérité et croissance

vendredi 2 mars 2012 08h27
 

par Julien Toyer et Emmanuel Jarry

BRUXELLES (Reuters) - Un mois après un premier sommet sur les politiques de croissance, l'Union européenne peine toujours à trouver la bonne formule afin d'associer austérité budgétaire et soutien de l'activité économique alors que la zone euro devrait connaître en 2012 sa seconde récession en trois ans.

Longtemps attendue, une décision sur le renforcement des capacités du futur Mécanisme européen de stabilité (MES) n'interviendra finalement pas cette semaine, de même que le feu vert final sur le deuxième plan d'aide à la Grèce, qui devra attendre la mi-mars.

Après s'être résolument engagés dans une réduction drastique de leurs déficits publics, qui avaient explosé à la suite de la crise financière de l'automne 2008, les Européens cherchent désormais à créer les bases d'un retour de la croissance.

La Commission européenne s'attend à une contraction de l'activité économique de 0,3% dans la zone euro en 2012 et à une stagnation de l'activité dans l'ensemble de l'UE.

Un retournement de tendance est une condition sine qua non à une extinction de la crise de la dette qui dure depuis 2010.

Un groupe de pays emmené notamment par l'Italie et l'Espagne, durement touchés par les mesures d'austérité adoptées depuis l'été 2011, a engagé depuis plusieurs semaines une discussion avec les autorités européennes à ce sujet.

Douze pays ont écrit la semaine dernière aux présidents du Conseil européen, Herman van Rompuy, et de la Commission européenne, José Manuel Barroso, pour leur demander une nouvelle impulsion susceptible de doper l'économie européenne.

Le nouveau gouvernement espagnol de centre-droit de Mariano Rajoy a quant à lui intensifié son lobbying auprès des responsables européens afin que les objectifs de déficit agréés avec Bruxelles soient adoucis.   Suite...

 
<p>Le pr&eacute;sident de l'ex&eacute;cutif communautaire Jos&eacute; Manuel Barroso (&agrave; gauche) aux c&ocirc;&eacute;s du pr&eacute;sident fran&ccedil;ais Nicolas Sarkozy et de la pr&eacute;sidente lituanienne Dalia Grybauskaite, &agrave; Bruxelles. Un mois apr&egrave;s un premier sommet sur les politiques de croissance, l'Union europ&eacute;enne peine toujours &agrave; trouver la bonne formule afin d'associer aust&eacute;rit&eacute; budg&eacute;taire et soutien de l'activit&eacute; &eacute;conomique alors que la zone euro devrait conna&icirc;tre en 2012 sa seconde r&eacute;cession en trois ans. /Photo prise le 1er mars 2012/REUTERS/Yves Herman</p>