March 1, 2012 / 8:18 AM / in 5 years

Le marché automobile poursuit sa chute en février

3 MINUTES DE LECTURE

<p>Les immatriculations de voitures neuves en France ont &agrave; nouveau chut&eacute; en f&eacute;vrier, de 20,2% en donn&eacute;es brutes &agrave; 163.063 unit&eacute;s, montrent jeudi les chiffres du Comit&eacute; des constructeurs fran&ccedil;ais d'automobiles (CCFA), cons&eacute;quence du comparatif d&eacute;favorable du d&eacute;but 2011 quand l'effet des primes &agrave; la casse se faisait encore sentir. /Photo d'archives/Pascal Rossignol</p>

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Les immatriculations de voitures neuves en France ont à nouveau chuté en février, de 20,2% en données brutes sur un an, la disparition des primes à la casse dans un marché atone continuant de se faire sentir.

Les immatriculations de PSA Peugeot Citroën, qui a officialisé mercredi soir une alliance stratégique avec l'américain General Motors dans le sillage de la chute de ses ventes en Europe, ont dégringolé de 29,2%. Celles du groupe Renault ont chuté quant à elles de 28,5%.

"En février, ça baisse très fort pour tous les fabricants qui ont des volumes de masse, ceux qui avaient le plus bénéficié des primes à la casse", a commenté François Roudier, porte-parole du Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA). "Mars se comparera aussi à un mois très haut en 2011, et au total le premier trimestre sera en baisse sensible."

Le CCFA attend toujours un marché en baisse de 10% environ sur l'ensemble de l'année.

Les aides publiques mises en place pour soutenir le marché français face à la crise de 2008-2009 ont disparu le 31 décembre 2010, mais les voitures commandées avant cette date ont été livrées - et immatriculées - pendant les trois mois qui ont suivi.

<p>LES IMMATRICULATIONS EN FRANCE</p>

Au total, les immatriculations sont tombées le mois dernier à 163.063 unités dans l'Hexagone, selon les chiffres publiés jeudi par le CCFA. Corrigées des jours ouvrables, février ayant compté 21 jours ouvrables contre 20 en 2011, la baisse ressort à 24%.

En décembre 2011 et en janvier 2012, le marché s'était déjà contracté respectivement de 17,8% et de 20,7% en données brutes.

Tous les généralistes sont à la peine, mais certains plus que d'autres. La marque Peugeot a dégringolé de 34,7%, Citroën de 22,4%, la marque Renault de 31,2%, Fiat de 29,7% et Opel, la marque européenne de General Motors, de 33,0%.

En revanche, la marque Volkswagen recule à son tour, mais seulement de 9,8%, tandis que Ford abandonne 12,3% et que Dacia, la marque low cost de Renault, se replie de 8,5%.

Nissan, partenaire de Renault, continue en revanche de tirer son épingle du jeu avec un gain de 9,9% grâce au succès des crossovers Juke et Qashqai.

Chevrolet, autre marque de GM commercialisée en Europe, a vu quant à elle ses immatriculations augmenter de 13,5%. La part de marché reste minime - 1% environ - mais elle augmente grâce à des tarifs très compétitifs sur des modèles fabriqués en Corée, alors que celle d'Opel en France poursuit sa baisse.

Edité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below