PSA s'allie à GM, qui va devenir son deuxième actionnaire

mercredi 29 février 2012 21h36
 

par Julien Ponthus et Gilles Guillaume

PARIS/FRANCFORT/DETROIT (Reuters) - PSA Peugeot Citroën a dévoilé mercredi son alliance stratégique avec l'américain General Motors grâce à laquelle il espère économiser sur les coûts d'achat et de développement, moyennant une entrée du géant américain dans son capital à hauteur de 7%.

Confronté depuis la rentrée à une chute de ses ventes en Europe, PSA a perdu de l'argent dans sa division automobile en 2011, ce qui le contraint à supprimer des emplois, à céder des actifs et à reporter plusieurs investissements nécessaires pour son développement international.

Une alliance avec General Motors, redevenu le numéro un mondial du secteur, permet au groupe français d'accélérer à nouveau sa mondialisation et de lever un milliard d'euros via une augmentation de capital.

Celle-ci sera souscrite en partie par la famille Peugeot, et en partie par General Motors, qui deviendra le deuxième actionnaire du groupe derrière la famille, qui conserve le contrôle. Le groupe américain a précisé qu'il n'avait pas l'intention de monter au-delà de 7% du français.

"Cette alliance est un moment clé passionnant pour nos deux groupes grâce à un partenariat très riche de potentialités", a déclaré le président du directoire de PSA Philippe Varin dans un communiqué commun avec GM publié depuis New York, où il avait fait le déplacement pour l'officialisation du mariage.

Les principaux points de l'accord, conditionné au feu vert des autorités réglementaires, doivent être mis en oeuvre au second semestre.

DE SUBSTANTIELLES SYNERGIES, D'ICI 5 ANS

Dévoilé huit jours après les premières informations sur un possible rapprochement stratégique, cet accord vise à améliorer la compétitivité de chacun des deux constructeurs automobiles en Europe, un marché mis à mal par la crise économique et les surcapacités.   Suite...

 
<p>PSA Peugeot Citro&euml;n et General Motors ont annonc&eacute; la cr&eacute;ation d'une alliance strat&eacute;gique pr&eacute;voyant des coop&eacute;rations industrielles et une augmentation de capital d'un milliard d'euros du groupe fran&ccedil;ais &agrave; l'issue de laquelle GM en deviendra deuxi&egrave;me actionnaire, &agrave; hauteur de 7%. /Photos d'archives/REUTERS</p>