Le PDG de Veolia menacé, polémique autour de l'hypothèse Borloo

lundi 20 février 2012 19h27
 

par Benjamin Mallet et Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - L'évocation par la presse de l'éventuel remplacement du PDG de Veolia Environnement par Jean-Louis Borloo sous la pression du président d'EDF et de Nicolas Sarkozy a déclenché lundi une polémique sur le rôle supposé du chef de l'Etat dans ce dossier.

"C'est absurde", a déclaré le président de la République, sur BFM TV, tandis que la gauche dénonçait une confusion des genres. Jean-Louis Borloo, ancien ministre de l'Ecologie, a parlé de "supputations", tout en affirmant avoir été contacté par Veolia, spécialiste du traitement de l'eau et des déchets, "afin d'apporter (son) analyse de manière informelle" sur le groupe.

Selon la presse, plusieurs administrateurs, dont le président d'EDF Henri Proglio, également ancien patron de Veolia, s'apprêteraient à demander la démission du PDG de Veolia Antoine Frérot lors d'un conseil d'administration du groupe prévu le 29 février.

Ils sanctionneraient ainsi la stratégie actuelle de Veolia, qui tente de se désendetter et de réduire sa présence géographique, s'écartant de la politique d'expansion auparavant défendue par Henri Proglio.

"Le conseil de Veolia est souverain et l'avenir de l'entreprise mérite mieux que ces flots de rumeurs politiques", a fait savoir Henri Proglio, cité par une porte-parole d'EDF.

Proche de Nicolas Sarkozy, qui l'a nommé la tête d'EDF fin 2009, Henri Proglio avait déjà suscité la polémique lors de son arrivée chez l'électricien public en souhaitant conserver la présidence de Veolia, et toucher une double rémunération. Il y avait finalement renoncé.

"ENTREPRISE DE DÉSTABILISATION"

Henri Proglio a également mené une guerre ouverte contre Anne Lauvergeon avant que celle-ci ne soit écartée en juin par Nicolas Sarkozy de la direction d'Areva.   Suite...

 
<p>JEAN-LOUIS BORLOO PRESSENTI &Agrave; LA T&Ecirc;TE DE VEOLIA</p>