Hausse de la marge d'Imerys et bond de son résultat net courant

mercredi 15 février 2012 19h07
 

PARIS (Reuters) - Imerys a publié mercredi des résultats annuels marqués par une croissance conforme à ses prévisions mais a dit rester "vigilant" en raison du manque de visibilité sur le contexte économique.

Le spécialiste des minéraux industriels et matériaux de construction entend poursuivre sa stratégie de développement mais dit vouloir privilégier "les retours sur investissements rapides" et maintenir une gestion stricte de sa trésorerie.

L'exercice 2011 se solde pourtant par une croissance solide: le résultat net courant part du groupe a progressé de 25,3% à 303,1 millions d'euros et la marge opérationnelle ressort à 13,3%, en hausse de 0,7 point par rapport à 2010.

Le chiffre d'affaires annuel a progressé de 9,8% (+8% à périmètre et changes comparables) à 3,674 milliards d'euros.

Les activités d'Imerys incluent entre autres la production de kaolin pour l'industrie du papier, celle de matériaux réfractaires pour les secteurs de la sidérurgie, de la métallurgie et de l'énergie, ou encore des tuiles et des briques.

L'exercice écoulé aura notamment été marqué pour Imerys par l'intégration de Luzenac, leader mondial du talc, et par la constitution de nouvelles coentreprises, entre autres avec le norvégien Norsk Mineral et le groupe de Bahreïn Al Zayani Investments.

VISIBILITÉ FAIBLE

Point faible des résultats annuels, le cash-flow libre opérationnel a reculé de 12,3%, à 264,9 millions.

"Depuis la fin de l'été, l'environnement macro-économique est plus incertain et, si l'activité est restée satisfaisante en ce début d'année 2012, la visibilité demeure faible", explique Imerys dans un communiqué.   Suite...

 
<p>Gilles Michel, PDG d'Imerys. Le sp&eacute;cialiste des min&eacute;raux industriels et mat&eacute;riaux de construction a annonc&eacute; une progression de 25,3% de son r&eacute;sultat net courant annuel et une am&eacute;lioration de 0,7 point de sa marge op&eacute;rationnelle mais a dit rester "vigilant" en raison du manque de visibilit&eacute; sur le contexte &eacute;conomique. /Photo d'archives/REUTERS/Beno&icirc;t Tessier</p>