L'économie japonaise s'est contractée plus que prévu fin 2011

lundi 13 février 2012 08h32
 

TOKYO (Reuters) - Fragilisée par un yen toujours élevé et par les répercussions des inondations en Thaïlande, l'économie japonaise s'est contractée de 0,6% au quatrième trimestre 2011, plus que les 0,3% auxquels s'attendaient les observateurs.

Cette quatrième baisse du produit intérieur brut (PIB) lors des cinq derniers trimestres signifie que le Japon a vu son économie se contracter de 0,9% sur l'ensemble de l'année 2011, marquée par un séisme et un tsunami à l'origine de la catastrophe nucléaire de Fukushima en mars.

La demande intérieure a elle aussi faibli, ce qui alimente les doutes sur un retour à la croissance dès le premier trimestre 2012 alors que la crise de la dette dans la zone euro continue d'assombrir les perspectives.

Cette nouvelle arrive à un bien mauvais moment pour le Premier ministre japonais Yoshihiko Noda qui tente de persuader une opinion publique sceptique que l'économie japonaise est suffisamment solide pour encaisser le choc d'un doublement de la taxe sur la valeur ajoutée.

Ce nouveau repli du PIB alimente par ailleurs les pressions politiques sur la Banque du Japon (BoJ) afin qu'elle assouplisse sa politique monétaire.

L'institution, qui réunit à partir de ce lundi son comité de politique monétaire, pourrait décider de fixer un objectif d'inflation spécifique qui lui permettrait de tenir son engagement de combattre la déflation.

Elle devrait cependant décider de ne rien faire en terme d'assouplissement monétaire, estiment les analystes.

"Je ne m'attends pas à ce que la BoJ assouplisse sa politique dans l'immédiat à moins que le yen progresse davantage encore", a commenté Takahide Kiuchi, économiste en chef de Nomura Securities.

"Mais les responsables politiques auront tendance à faire monter la pression sur la BoJ afin qu'elle fasse en sorte de doper l'inflation et que la hausse de la TVA puisse être mise en place."   Suite...

 
<p>Dans le quartier d'affaires de Tokyo. L'&eacute;conomie japonaise s'est contract&eacute;e de 0,6% au quatri&egrave;me trimestre 2011, soit plus que les 0,3% auxquels s'attendaient les observateurs, en raison notamment du ralentissement &eacute;conomique mondial, des inondations en Tha&iuml;lande et de la vigueur du yen. /Photo prise le 13 f&eacute;vrier 2012/REUTERS/Toru Hanai</p>