Le vote de l'austérité grecque ne suffit pas à l'UE

lundi 13 février 2012 16h17
 

par Renee Maltezou

ATHENES (Reuters) - Le gouvernement grec a été invité lundi par ses partenaires européens à présenter de nouveaux gages de sa volonté de réforme malgré l'adoption la veille d'un plan d'austérité par un parlement assiégé par des milliers de manifestants.

La loi votée par 199 députés sur 300, sur fond d'émeutes à Athènes, prévoit 3,3 milliards d'économies par le biais de nouvelles baisses des salaires et des retraites et d'une vague de suppressions d'emplois dans la fonction publique.

Ces dispositions sont exigées par la "troïka" (Fonds monétaire international, Union européenne et Banque centrale européenne) en échange d'un plan d'aide de 130 milliards d'euros indispensable avant le 20 mars, date d'une importante échéance de la dette grecque (14,5 milliards d'euros à rembourser).

L'UE a salué le vote du Parlement grec tout en rappelant les autres conditions posées à l'octroi des fonds promis, afin d'éloigner le spectre d'un défaut de paiement désordonné "aux conséquences dévastatrices" le mois prochain.

D'ici une réunion des ministres des Finances de la zone euro mercredi, le gouvernement de Lucas Papadémos doit expliquer comment il compte économiser 325 millions d'euros sur les 3,3 milliards, et obtenir un engagement écrit des partis politiques à appliquer les termes de l'accord.

"Les promesses de la Grèce ne nous suffisent plus", avait prévenu dimanche le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, dans une interview accordée au Welt am Sonntag.

Un accord sur la participation du secteur privé à la restructuration de la dette de la Grèce devrait être annoncé après la réunion de l'Eurogroupe, a-t-on appris lundi de sources au fait des discussions.

"ENCORE LOIN DU BUT"   Suite...

 
<p>Devant un magasin incendi&eacute; dimanche en Gr&egrave;ce, o&ugrave; des violences ont &eacute;clat&eacute; alors que le parlement votait un nouveau plan d'aust&eacute;rit&eacute; pour satisfaire aux exigences de ses bailleurs de fonds internationaux. /Photo prise le 13 f&eacute;vrier 2012/REUTERS/John Kolesidis</p>