La BCE maintient ses taux inchangés, la question grecque éludée

jeudi 9 février 2012 17h02
 

par Eva Kuehnen

FRANCFORT (Reuters) - La Banque centrale européenne a maintenu jeudi ses taux directeurs à un plus bas record, faisant état de signes provisoires de stabilisation de l'économie et se refusant à préciser le rôle qu'elle pourrait jouer pour éviter un défaut de la Grèce.

Les trois partis de la coalition gouvernementale en Grèce sont parvenus à se mettre d'accord sur un ensemble de nouvelles mesures d'austérité à mettre en oeuvre en échange d'un deuxième plan d'aide international à Athènes.

Cet accord, exigé par l'Union européenne et le Fonds monétaire international, a été confirmé par Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne (BCE), lui-même informé par le Premier ministre grec Lucas Papadémos, qui a ensuite annoncé officiellement l'accord.

"Il y a quelques minutes, j'ai reçu un appel du Premier ministre grec disant qu'un accord avait été conclu et approuvé par les grands partis", a dit Mario Draghi, lors de la conférence de presse à l'issue du conseil des gouverneurs de la BCE qui a maintenu inchangé son taux de refinancement à 1,0%.

"Je suis désolé de dire que je ne peux rien dire sur la manière dont nos avoirs en obligations de l'Etat grec... seront traités", a-t-il ajouté.

Mario Draghi participera à la réunion de l'Eurogroupe qui doit se prononcer jeudi sur le deuxième plan d'aide à la Grèce d'un montant de 130 milliards d'euros. Le ministre des Finances néerlandais a d'ores et déjà déclaré qu'il n'y aurait pas d'accord définitif ce jeudi sur ce deuxième plan.

FINANCEMENT MONÉTAIRE OU PAS?

Athènes a demandé à la BCE de lui transférer les profits réalisés sur son portefeuille de titres de l'Etat grec, ce qui permettrait de mobiliser 12 milliards d'euros voire plus pour couvrir ses besoins de financement. Les 23 membres du Conseil des gouverneurs de la BCE n'étaient pas parvenus mercredi à un accord sur ce sujet.   Suite...

 
<p>La Banque centrale europ&eacute;enne n'a pas modifi&eacute; jeudi ses taux directeurs, mais les march&eacute;s attendent de savoir si elle est dispos&eacute;e &agrave; les abaisser &agrave; nouveau dans les mois &agrave; venir ou si elle restera en mode d'attente, l'une ou l'autre attitude &eacute;tant d&eacute;termin&eacute;e par les statistiques &eacute;conomiques &agrave; venir. /Photo d'archives/REUTERS/Lmar Niazman</p>